En continu
Accueil / NewZilla.NET / Wulo, un Uber associatif créé par des élèves de l’Ecole 42

Wulo, un Uber associatif créé par des élèves de l’Ecole 42

Ce nouveau concept de VTC propose des tarifs plus bas que la concurrence et en particulier que le groupe Internet américain Uber, car elle ne prélève pas de commission sur les courses réalisées par ses chauffeurs.

 

A l’Ecole 42, “un tiers des étudiants finissent par monter leur entreprise” rappelait récemment le directeur de l’établissement Nicolas Sadirac. Un nouvel exemple de cette frénésie d’entreprendre nous arrive aujourd’hui avec Wulo, une association à but non lucratif (bapitisée « United Drivers« ) qui se rêve déjà en un Uber associatif.

L’application Wulo est disponible depuis le mardi 9 janvier sur IOS et Android.

En pratique, ce nouveau prestataire de VTC, ne prélève aucune commission sur les courses réalisées par ses chauffeurs et peut donc proposer des tarifs défiant en l’espèce toute concurrence, même celle d’un Taxify, l’un des derniers arrivés sur le marché français et qui proposait jusqu’à présent l’un des tarifs des plus bas.

Autre différence avec Uber, la possibilité laissée par exemple au client d’indiquer s’il en a le besoin qu’il souhaite un véhicule équipé d’un siège bébé.

wulo-uber-vtc

Ou bien encore la possibilité de choisir entre l’urgence d’un parcours (aller d’un point A à un point B le plus vite possible), ou le confort et la qualité d’une course, quitte à attendre un peu plus longtemps pour s’assurer les services d’un chauffeur un peu mieux noté que les autres.

Enfin, Wulo, ne se contente pas d’être accessible aux chauffeurs de VTC (qui travaillent souvent pour plusieurs plateformes pour maximiser leur temps de travail et le nombre de courses, mais s’ouvre aussi aux chauffeurs de taxi traditionnels.

“Sur une course à 100 euros, une fois tous les frais déduits, il reste 25 euros au chauffeur qui travaille chez Uber. Avec nous, il lui restera environ 38 euros”, affirme Manfred Touron, le fondateur de l’application, cité par Le Parisien.

NewZilla.NET a besoin de vous





 

Depuis 2010, NewZilla.NET est fidèle à sa promesse originelle et à un concept aussi simple que nécessaire: faire respirer l’information, en particulier cette actualité liée aux « nouvelles technologies » dont la production ne cesse de s’abîmer dans une course effrénée et irréfléchie à la mise en ligne.

Depuis 2010, NewZilla.NET est fidèle à sa promesse éditoriale: publier (sans souci d’exhaustivité) ce qui nous apparaît comme étant pertinent, vous fournir – avec les modestes moyens qui sont les nôtres – une information fiable, une information sourcée, une information qui tourne le dos aux supputations, à la rumeur et aux effets d’annonce.

Et depuis 2010, vous êtes au rendez-vous.

Comme vous le savez peut-être, NewZilla.NET est un site d’information indépendant. NewZilla.NET n’est pas une agence de communication déguisée en site d’information, NewZilla.NET n’appartient ni à un grand groupe média, ni à un opérateur télécom.

  1. NewZilla.NET, et c’est une question de principe, ne reçoit aucune aide publique.
  2. NewZilla.NET n’est pas financé par le « Fonds Google pour l’innovation numérique de la presse ».
  3. NewZilla.NET ne dispose pas d’un carnet d’adresses qui lui permette en un claquement de doigts de réaliser une levée de fonds de plusieurs millions d’euros pour s’assurer (en toute dépendance) un avenir, en se détournant de toute notion d’équilibre et de rentabilité financière.
  4. NewZilla.NET n’achète pas de faux « likes » ou de faux « fans » sur Facebook, de faux « followers » sur Twitter, ou de faux « abonnés » sur Instagram pour « booster » artificiellement sa popularité sur les réseaux sociaux.
  5. NewZilla.NET n’utilise pas de « bots » sur Twitter, ces faux comptes qui relaient automatiquement un article dès sa publication.
  6. NewZilla.NET ne passe pas de partenariats commerciaux avec des marques de smartphones ou de boissons gazeuses, tout en faisant croire à ses lecteurs qu’il s’agit de contenus éditoriaux produits par sa rédaction.
  7. NewZilla.NET ne fait pas non plus travailler ses rédacteurs bénévolement et/ou pour la gloire de pouvoir signer un papier.
  8. NewZilla.NET ne base pas la publication de ses articles et le choix des sujets traités sur un algorithme qui s’emploie studieusement à prédire ce qui fera de l’audience et ce qui n’en fera pas.
  9. NewZilla.NET n’exploite pas un bataillon de stagiaires chargé(e)s de rédiger entre 5 à 10 articles par jour pour une « gratification » de quelques centaines d’euros par mois.
  10. NewZilla.NET a fait le choix de ne pas délocaliser sa production éditoriale à l’autre bout du monde, certes à moindres coûts, mais sans aucune garantie de qualité.

Voilà, la liste est un peu longue, mais ce sont des éléments qui, nous le croyons, méritaient d’être précisés en toute transparence.

Pour toutes ces raisons, pour continuer à produire une information de qualité et parce que nous tenons à conserver cette intégrité et cette liberté de ton éditoriale qui font que vous prenez aujourd’hui, nous l’espérons, plaisir à nous lire, NewZilla.NET a besoin de vous et de votre soutien.

Alors « MERCI » ! Merci à vous pour votre fidélité, et merci à vous pour votre soutien à NewZilla.NET.

A lire aussi

Uber-privacy

Uber veut limiter le temps de travail de ses chauffeurs VTC

Pour lutter contre la fatigue, le surmenage et les prises de risques inutiles, le groupe Internet veut empêcher que “ses” chauffeurs de travailler plus de 10 heures d’affilée.

wulo-uber-vtc

Des chauffeurs VTC manifestent contre Chauffeur Privé

La plateforme de voitures de transport avec chauffeur (VTC) Chauffeur Privé, récemment rachetée par le groupe automobile allemand Daimler, doit faire face à une fronde de plusieurs dizaines de chauffeurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.