Revue de presse
Accueil / 2012 / novembre

Monthly Archives: novembre 2012

Marfa Girl, le prochain Larry Clark, exclusivement sur Internet

“Marfa Girl”, le nouveau film de Larry Clark, le réalisateur de “Kids”, et de “Wassup Rockers” vient de décrocher le Prix Marc-Aurèle du meilleur film au dernier Festival International du film de Rome.

 

“Marfa Girl” est donc promis à une belle carrière, à ceci près que le film ne sortira jamais en salles et encore moins en DVD, le réalisateur ayant décidé de diffuser son oeuvre, en exclusivité sur son site Internet LarryClark.com.

“Chez les moins de 35 ans, tout le monde regarde les films sur Internet, Youtube, ordinateurs. Si tous les jeunes passent leur temps en ligne à organiser leur soirée, draguer les filles, alors allez directement vers eux. Proposez leur les films en ligne”, a déclaré à Rome le rélisateur américain, cité par Le Monde.

Une posture qu’il résume en quelques mots bien sentis, et à sa manière. “J’ai envie de dire “fuck” Hollywood”. Car Hollywood et ses producteurs, Larry Clark semble en avoir fait le tour.

“Les producteurs sont tous des escrocs. Je n’ai jamais touché un sou pour mes films. Je fais les films et ensuite on ne me paye strictement rien”, explique-t-il. En pratique, les internautes (qui contrairement aux producteurs ne sont pas des escrocs et aiment consommer (en toute légalité) des biens culturels en ligne), peuvent louer en streaming et pour 24h Marfa Girl depuis le mardi 20 novembre sur LarryClark.com.

Prix du ticket (TinyPass) 5,99 dollars (soit 4,60 euros), pop-corn non compris. Beaucoup moins cher qu’un ticket de cinéma, mais les conditions de projection ne sont, il est vrai, pas du tout comparables.

Amazon prend de la bouteille

Amazon propose déjà un catalogue riche de plus d’un millier de références. Non, il ne s’agit pas de livres, de DVD, ou de montres, mais bien de bouteilles de vin.

 

Une large sélection qui va du simple blanc californien non millésimé à 5 dollars la bouteille, au Cabernet-Sauvignon Mercer 2005 de la Columbia Valley à près de 200 dollars l’unité. En passant par l’intermédiaire d’autres vendeurs, Amazon permet aussi d’accéder à des vins d’autres pays (France, Italie, Espagne, Portugal, Allemagne, Autriche, Argentine, Chili, Australie, Afrique du Sud ou Japon).

Pour 9,99 (frais d’envoi uniques), le groupe Internet livre désormais jusqu’à 6 bouteilles dans 13 Etats américains. L’internaute qui a choisi de délaisser pour un temps son caviste préféré pour faire son marché en fonction du prix, de l’origine, du cépage ou encore de l’arôme dominant des vins proposés. Et, conseil élémentaire, se voit aussi proposer des suggestions de mets se mariant le mieux avec la bouteille sélectionnée.

A noter, aux Etats-Unis, le système de distribution du vin, hérité de la prohibition, repose sur une série d’intermédiaires (importateurs, grossistes), ce qui contribue à renchérir le prix final payé par les consommateurs, rappelle l’AFP. Chaque État a ses propres réglementations, et certains interdisent les achats de vin par correspondance.