Accueil / 2013 / juillet (page 3)

Monthly Archives: juillet 2013

Des jeux Amiga bientôt sur PC, smartphones et tablettes

C’est la petite mort d’Amiga. Writers’ Group Film, un éditeur californien basé à Los Angeles, vient de racheter Amiga Games.

 

Cette société australienne proposait jusqu’ici des mises à jour pour AmigaOS. Elle détenait également un catalogue de plus de 300 jeux Amiga. Writers’ Group Film vient donc de mettre la main sur ce petit trésor pour la (très modique) somme de 500 000 dollars (en actions et en cash).

Amiga Games

L’éditeur californien souhaite désormais “porter” certains de ces jeux, sur consoles, PC, smartphones et tablettes numériques.

Et dans cette perspective de monétisation, Writers’ Group Film ne devrait pas accorder la plus importance à la production de mises à jour pour le système d’exploitation AmigaOS…lancé en 1984. Triste, fin d’une époque.

L’arrivée du Digital en gare de Paris-Montparnasse

PARIS – Des bornes WiFi qui permettent aux voyageurs de se connecter à Internet partout dans la gare. Ce service accessible gratuitement à l’ensemble des usagers sera déployé d’ici à la fin de l’année 2013 dans une centaine de gares sur l’ensemble du territoire.

 

C’est l’une des annonces marquantes faites vendredi 5 juillet par Fleur Pellerin (ministre déléguée chargée de l’Innovation et de l’Économie numérique) et son collègue Frédéric Cuvillier (ministre délégué, chargé des Transports, de la Mer et de la Pêche) en visite à la gare Paris-Montparnasse.

Une mesure-phare destinée à faciliter la vie des 22,6 millions de personnes qui voyageront cet été dans les gares françaises. Mais une mesure qui n’est en fait que l’arbre qui cache la forêt d’innovations digitales qui seront proposées dans les prochains mois au public.

Fleur Pellerin
Source @fleurpellerin
Présentation de ces nouveaux services
  • Une « garantie gare » rattachera bientôt chaque équipement ou service à un QR Code et un numéro SMS gratuit. Si le client constate un dysfonctionnement (propreté, fonctionnement, tranquillité, …), il flashe le QR Code et accède à une page web sur laquelle il signale le problème. S’il n’a pas de smartphone, il peut envoyer un SMS. L’information est aussitôt reçue par un agent de la gare qui intervient dans les meilleurs délais. Le problème résolu, le client en est informé.
  • Une borne PMR offre une aide au repérage pour les personnes à mobilité réduite.
  • Des bornes d’information interactives reprennent l’ensemble des informations utiles aux clients (accès aux horaires en temps réel et à l’offre de transport, plan de la gare comportant les modalités d’accès, les services et commerces et présentation des principaux points de repères de la ville).
  • Un « playing wall » offrant la possibilité pour les usagers de télécharger du contenu multimedia (livres, musiques, vidéos).
  • Des « WE-bike », des vélos qui sont à disposition pour recharger les appareils électroniques (téléphone portable, ordinateur ou tablette).
  • Et, une application baptisée « Gares 360º », un site qui permet de visiter les gares et de préparer son voyage en visualisant son trajet. Il renseigne sur l’offre multimodale (cars, bus, taxis, etc.) ou sur l’emplacement des services et des commerces. Le trajet peut être enregistré et ensuite visualisé sur smartphone ou tablette. Cet outil, disponible pour les 112 plus grandes gares dès fin 2013, est gratuit pour l’utilisateur.

Clic de fin pour Douglas Engelbart

C’est l’histoire d’un homme, Douglas Engelbart, et celle d’une conférence “The Mother of All Demos” devenus mythiques et qui marquèrent tout deux à jamais l’histoire de l’informatique.

 

Le 9 décembre 1968 à San Francisco, un ingénieur américain Douglas Engelbart présente au public des concepts et des inventions (le bureau d’ordinateur, la visioconférence, la téléconférence, le courrier électronique et le système hypertexte) que nous utilisons encore aujourd’hui.

Inventeur de la souris

Des inventions au premier rang desquelles se trouve la souris d’ordinateur. A l’époque une simple boite en bois contenant deux roues en métal et un seul bouton. Un instrument, par la suite rendu célèbre grâce au génie marketing d’un Steve Jobs, mais pour lequel Engelbart avait déposé un brevet en 1967.

Un brevet qui lui fut attribué trois ans plus tard en 1970. A une époque où les choses allaient beaucoup moins vite. Une époque où la norme communicante ne relevait pas encore du courrier électronique mais du simple timbre-poste.

  • Regardez la présentation “The Mother of All Demos”, donnée par Douglas Engelbart, le 9 décembre 1968 à San Francisco.