Revue de presse
Accueil / 2015 (page 6)

Yearly Archives: 2015

Au Japon, des lunettes qui bloquent les logiciels de reconnaissance faciale

En absorbant et réfléchissant la lumière ces lunettes “aveuglent” les logiciels de reconnaissance faciale. Un procédé qui fonctionnerait dans 90% des cas.

 

Imaginez un monde où (Google Glass aidant) des logiciels de reconnaissance faciale pourrait vous identifier, vous localiser en temps réel et vous envoyer en push des publicités personnalisées. Imaginez… le monde d’aujourd’hui.

Un rêve pour les directions marketing. Un cauchemar pour le consommateur.

Pour contrecarrer ces procédés qui promettent d’être particulièrement intrusifs, des chercheurs du Japan’s National Institute of Informatics (NII) ont développé une (seconde) génération de lunettes capables de bloquer (ou plus précisément d’aveugler), et donc de rendre totalement inefficace, les logiciels de reconnaissance faciale.

Et, selon le Wall Street Journal, la chose marche à merveille dans 90% des cas. Là où la première génération utilisait un procédé infra-rouge, ces nouvelles lunettes au design très soigné, intègrent un matériau que les chercheurs tiennent pour l’instant secret, mais qui permet d’absorber et de réfléchir la lumière. La création du NII devrait être disponible en juin 2016 au Japon au prix de 240 dollars. Avant, croisons les doigts, de partir à la conquête du reste du monde!

Graava, la caméra qui monte elle-même les films

Finies les heures de montages des films de plongée ou des sessions de parapente, cette caméra (aux performances techniques par ailleurs assez modestes) se charge du montage et s’occupe même de la bande-son.

 

GraavaElle ne sera disponible qu’au début de l’année 2016, mais on peut déjà la pré-commander au prix de 249 dollars (contre 399 dollars prix public).

Elle? C’est la Graava, une caméra (conçue en partenariat avec Matter Design) dans la lignée de la Bandit de TomTom et autres GoPro, à ceci près qu’elle prend en charge intégralement le montage de vos films où sont désormais gravés vos petits (et grands) exploits du quotidien.

Mode "hyperlapse"

Côté caractéristiques techniques, pourtant, rien de bien flamboyant chez la Graava. Des vidéos en 1080p à 30 images par seconde et 720p à 60 images par seconde, une résolution de 8 megapixels, une champs de vision à 130 degrés, une batterie (1100mAh) qui tient trois heures sur des séquences de 1080p, pas de mode slow motion, pas de vidéo 4K mais un mode “hyperlapse”.

Cela dit, ici l’essentiel est ailleurs… dans un logiciel qui, en utilisant les fonctionnalités d’un microphone, d’un accéléromètre, d’un GPS et même d’une application qui enregistre le rythme cardiaque, est capable de sélectionner les meilleurs moments d’un film parmi des heures de rushes et même de caler l’ensemble sur votre morceau de musique préféré… Démonstration.

Bientôt, un écran de Google Glass vissé à la casquette

Google vient de décrocher un brevet lui permettant d’intégrer et d’attacher ses futures Google Glass à des accessoires ou à des vêtements. Google Glass, saison 2. On les croyaient mortes et enterrées, mais non!

 

GlassholeQue les “haters” de Glassholes se rassurent ou se désespèrent, les Google Glass, casher ou pas, (a contrario du réseau social maison Google+), sont plus que jamais à l’agenda du groupe Internet.

Avec une version 2 en perspective, des projets de partenariats avancés avec le monde de l’entreprise, à commencer par les secteurs de la santé et de l’énergie. Mais aussi avec des fabricants de lunettes comme l’Italien Luxottica (Ray-Ban).

Google-Glass-USPTO

Cela dit, la nouveauté du jour en matière de Google Glass, c’est ce brevet que vient de décrocher auprès du USPTO (United States Patent and Trademark Office) le groupe Internet et qui promet d’ajouter un peu plus à la bizarrerie de l’ensemble. L’idée (désormais brevetée), consiste à fixer un écran, où l’on pourra lire les informations fournies par les Google Glass, sur un accessoire, comme par exemple un chapeau ou une casquette. A vous de juger de la subtilité de la chose…

Signily, une app pour communiquer en langue des signes sur mobile

Disponible sur iOS et bientôt sur Android, cette application n’existe cependant pour le moment qu’en ASL (la langue des signes américaine). Signily… voici une application qui, à terme, pourrait bien changer la vie de millions de personnes.

 

Signily-ASLizedPas facile en effet aujourd’hui pour les sourds, muets ou malentendants d’utiliser le smartphone pour communiquer, si l’on excepte les messages vidéo. Signily est une application développée aux Etats-Unis par ASLized, une organisation à but non-lucratif, oeuvrant pour une meilleure intégration et diffusion de la langue des signes dans la vie quotidienne.

0,99 dollar

Destiné pour l’instant uniquement aux personnes qui utilisent l’ASL (la langue des signes américaine) comme première langue, Signily est un clavier ou les touches “classiques” sont remplacées par des signes (des mains ou des formes) et des nombres (de 1 à 30) inspirés du style des émoticons (emoji).

left-right-signilyselector-signily

Il est possible de choisir, c’est-à-dire de personnaliser, la couleur de la peau des mains disponibles sur le clavier. Des signes sont également disponibles sous la forme de GIF animés. Pratique pour rédiger un mail ou poster un message.

L’application coûte 0,99 dollar et selon les promoteurs du projet (à savoir ASLized), tous les bénéfices seront reversés à une initiative visant à intégrer la langue des signes au Unicode, ce standard informatique qui permet des échanges de textes dans différentes langues, à un niveau mondial. Et que tout ceci soit, au final, approuvé et validé par le Unicode Consortium.

Nokia et son drôle d’Ozo

Le groupe finlandais a présenté à Los Angeles son dernier projet, Ozo, une caméra toute entière dédiée à la réalité virtuelle.

 

nokia-ozoHuit capteurs synchronisés, huit micros, pour produire une image vidéo stéréoscopique et en 3D. Voici Ozo, la dernière née de chez Nokia, pour faire de l’audio et de la vidéo à 360 degrés.

Avec ce device destiné avant tout aux professionnels de l’image (d’où sa présentation en exclusivité mondiale à Los Angeles et donc à Hollywood), Nokia entend faire une entrée remarquée dans le monde de la réalité virtuelle (VR).

Un logiciel spécialisé permettra aux utilisateurs de visionner les images 3D en temps réel et non plus comme cela pouvait être le cas jusqu’à présent en léger décalage après avoir créer un effet 3D en assemblant plusieurs images.

Ozo, qui est encore en phase de pré-production sera fabriquée en Finlande. Son prix (qui devrait être logiquement assez élevé) n’est pas encore connu et sa commercialisation devrait débuter cet automne.

EN - FR - DE - ES