Accueil / 2016 / janvier (page 4)

Monthly Archives: janvier 2016

Google va donner 25 000 Chromebooks pour faciliter l’intégration des réfugiés en Allemagne

Le groupe Internet va consacrer une enveloppe de 5,3 millions de dollars, via Google.org son projet philanthropique créé en janvier 2008, pour soutenir le Projet Reconnect, porté par NetHope.

 

En Europe, en ce début d’année 2016, il y a la France (et la “jungle” de Calais); il y a le Danemark (qui vient de voter une loi pour confisquer les biens des réfugiés); il y a la Grande-Bretagne (où les demandeurs d’asile devaient il y a peu de temps encore, comme à Cardiff au Pays de Galles, porter des bracelets rouges, sous peine d’être dénoncés aux autorités, pour simplement avoir droit à l’aide alimentaire); et il y a l’Allemagne, qui vient en 2015, d’accueillir un million de personnes. Des hommes, des femmes et des enfants, ayant fui la guerre, notamment en Syrie.

ProjectReconnectL’Allemagne, où le gouvernement vient de lancer Ankommen, une application pour faciliter l’intégration de ces nouvelles populations sur son territoire. C’est dans une perspective similaire que Google vient, via son activité philanthropique Google.org, de décider d’allouer 25 000 ordinateurs Chromebook (soit 5,3 millions de dollars) pour soutenir et accompagner l’arrivée des réfugiés en Allemagne.

Pas de risque de virus

Une initiative qui s’inscrit dans le cadre du Projet Reconnect, porté par NetHope. Des ordinateurs portables pour des réfugiés? Oui, car au-delà des premiers besoins des premiers secours prodigués, des besoins qui consistent le plus souvent à trouver de la nourriture, un abris et des vêtements, viennent ensuite d’autres priorités, comme la recherche d’un travail, l’apprentissage d’une langue, des jeux pour les enfants, le suivi d’une procédure de demande d’asile ou encore le besoin de reprendre contact, par n’importe quel moyen, avec la famille restée au pays.

Project ReconnectEt dans cette configuration, le Chromebook est un peu l’ordinateur qui convient le mieux. Car plus qu’un ordinateur c’est avant tout un terminal (paramètrable) connecté à Internet.

L’internaute connecté utilisant des applications stockées dans le cloud. Pas de risque de virus, et la possibilité de surfer en bénéficiant des dernières mises à jour, le Chromebook est l’instrument idéal pour qui ne possède pas forcément une très grande connaissance de l’informatique.

En pratique, les 5,3 millions de dollars de Google ne seront donc pas versés directement aux ONG qui sur place s’occupent de l’accueil des réfugiés. Mais en revanche il leur appartiendra de demander l’attribution de Chromebooks (jusqu’à 5 000 unités par projet). Des machines qui pourront être paramètrées et administrées par une équipe dédiée au sein de chaque organisation.

Twitter au plus bas

Départs massifs de ses dirigeants, action étrillée en Bourse, un nombre d’utilisateurs quasi-stagnant, le petit oiseau bleu est véritablement entré dans une forte zone de turbulence.

 

Et si Twitter n’était finalement qu’un soufflé sur le point de retomber? L’une des principales illusions financières générée ces dix dernières années par l’économie Internet?

Tout d’abord, rappelons quelques chiffres: depuis sa création le 21 mars 2006, la plate-forme de micro-blogging a levé 1,16 milliard de dollars et procédé à 47 acquisitions. Côté en bourse depuis le 7 novembre 2013, le groupe Internet n’a jamais réalisé un seul dollar de bénéfice.

TwitterSur les neufs premiers mois de l’année 2015 (les résultats annuels de l’entreprise étant annoncés pour le 10 février prochain), Twitter avait encore perdu 430 millions de dollars (un chiffre à comparer aux 452 millions de dollars perdus sur la même période en 2014). Et si l’entreprise est parvenue à augmenter significativement son chiffre d’affaires (celui-ci passant d’une année sur l’autre sur les trois premiers trimestres fiscaux de 923 millions à 1,5 milliard de dollars), l’équilibre financier semble encore extrêmement lointain, et les investisseurs (boursiers, les autres ayant déjà très largement profité de l’introduction en bourse) commencent à s’impatienter.

Plus bas historique

Après avoir “remercié” son PD-G Dick Costolo, à l’automne dernier, Twitter a rappelé aux commandes l’un de ses emblématiques co-fondateurs, Jack Dorsey (@Jack). Depuis le début du mois d’octobre 2015, celui-ci en plus de siéger à ses heures perdues au conseil d’administration de la Walt Disney Company, dirige de concert Twitter, et Square (une start-up qui fabrique un petit lecteur de carte bancaire – le “dongle” – que l’on peut brancher sur la prise jack d’un smartphone ou d’une tablette, afin de les transformer en terminaux de paiement).

L’arrivée, ou plutôt le retour, de Jack Dorsey avait suscité bien des espoirs (parfois démentis, comme la rumeur d’un rachat par News Corp. le groupe de Rupert Murdoch) mais il semble que la situation soit encore loin d’être stabilisée. Pour preuve, le départ, soudain et collectif, ce week-end, de quatre vice-présidents du groupe Internet : Alex Roetter, Skip Schipper, Katie Stanton et Kevin Weil, chargés respectivement de l’ingénierie et des produits, des médias, et des ressources humaines. Un cinquième responsable, Jason Toff, qui dirigeait l’équipe de l’application vidéo Vine, ayant quant à lui aussi annoncé séparément dimanche son départ pour Google.

L’action Twitter (introduite à 40 dollars et qui, à son plus haut historique, avait atteint les 70 dollars) évoluait aujourd’hui, lundi 25 janvier 2015, en ouverture à Wall Street, à son plus bas cours historique, ne s’échangeant plus qu’à 16,55 dollars. Prochain épisode, le 10 février prochain, pour la présentation des résultats annuels du groupe.

Méfiez-vous du selfie moqueur!

Où l’histoire d’un petit somme qui pourrait bien en rapporter une grosse…

 

La scène se passe dans un avion en décembre 2015, quelques jours avant le second tour des élections régionales. Au premier plan, un Jean-Marie Le Pen dans les bras… de Morphée. Juste derrière lui, Brahim Zaibat, chorégraphe de son état. Un artiste qui a notamment travaillé avec Madonna. 

Brahim-Zaibat-LePen-SelfiePour le danseur photographe, la tentation est trop grande. Profitant des quelques instants d’inconscience de son illustre voisin de devant, le voilà qui se fend d’un selfie avec son smartphone.

Aussitôt mis en ligne, le cliché,  agrémenté du commentaire “Mettez les KO demain en allant tous voter pour préserver notre France fraternelle”, connait un succès immédiat sur les réseaux sociaux.

Un trait d’humour très peu goûté par l’ancien président du Front national qui poursuit en justice aujourd’hui l’auteur de la photo, en lui réclamant au passage… 50 000 euros de dommages et intérêts, pour “atteinte au droit à l’image et au respect de la vie privée.” 

A l’opposé, l’avocat du chorégraphe plaide pour sa part “le droit à l’humour et à la liberté d’expression politique, sanctuarisé par la Cour européenne des droits de l’homme”, indique Le Monde. Verdict le 10 février prochain devant la légendaire 17ème chambre du tribunal de grande instance de Paris.

Le phishing a fait plus de 2 millions de victimes en France en 2015

110 attaques par jour, plus de 40 000 attaques par an, 2 millions de victimes. En deux ans, le nombre de victimes de l’escroquerie au “phishing” a été multiplié par 100.

 

Alerte au phishing! Le phishing, c’est cette technique utilisée par des fraudeurs pour obtenir des renseignements personnels dans le but de perpétrer une usurpation d’identité. Le principe est simple, le but de la manoeuvre consiste à faire croire à la victime qu’elle s’adresse à un tiers de confiance — banque, administration, etc. — afin de lui soutirer des renseignements personnels : mot de passe, numéro de carte de crédit, date de naissance, etc.

exemple-phishingC’est une forme d’attaque informatique qui peut se faire par courrier électronique ou par des sites web falsifiés ou autres moyens électroniques (envoi de SMS…). Et l’escroquerie au phishing se porte bien, merci. Selon des chiffres révélés aujourd’hui par Europe1 à l’occasion de l’ouverture à Lille du Forum international de la Cybersécurité, l’escroquerie au phishing (hameçonnage en bon Français) aurait fait plus de 2 millions de victimes l’an dernier en France. Un chiffre en progression de 100% sur les deux dernières années.

7500 signalements depuis le début de l'année

“Les victimes vont continuer à être nombreuses parce que les pirates innovent constamment. Les données sont disponibles pour, facilement, faire des attaques plus personnalisées : on réutilise les noms et des données de catégories socio-professionnelles ou des données de lieux d’habitation qui vont faire en sorte que la victime est plus susceptible de donner ces données parce qu’on pense vraiment qu’on s’adresse à elle,” explique Vincent Hinderer, secrétaire général de l’association Phishing Initiative.

exemple-phishing-CAFCette association est le fruit d’un projet mené conjointement par Lexsi, Microsoft et PayPal. Elle propose notamment aux internautes de signaler au travers d’un site Internet dédié Phishing-initiative.fr, l’adresse d’un site de phishing francophone. Chaque site faisant ensuite l’objet d’une validation et d’un blocage dans les navigateurs.

Le service est disponible gratuitement 24/24 et 7 jours sur 7. En 2015, il a permis à 20 000 internautes d’éviter d’être victimes de ces attaques. Et depuis le début de l’année 2016 le site a déjà enregistré plus de 7500 signalements de sites et d’adresses Internet supposément frauduleux.

TrumpScript, un langage de programmation “Donald Trump compatible”

HOUSTON (Etats-Unis) – Développé en une vingtaine d’heures à l’occasion d’un hackathon, ce langage (à base de Python) pourrait, selon ses créateurs, faire la fierté du candidat à l’investiture républicaine à la Maison Blanche. S’il en comprenait un traitre mot, ou une simple ligne de code. Mais là, rien n’est moins sûr!

 

TrumpScript-logoDonald Trump, ce milliardaire new-yorkais qui brigue actuellement l’investiture républicaine dans la course à la Maison Blanche, semble être une source intarissable d’inspiration pour les geeks.

Après Trump Filter, cette extension à installer sur le navigateur Internet Chrome, qui promettait à ses utilisateurs d’effacer (de manière un peut trop radicale dans les faits) de la surface du Net tout propos, vidéos ou images ou références à Donald Trump, voici TrumpScript.

TrumpScript est un langage de programmation, développé la semaine dernière en une petite vingtaine d’heures à l’occasion du HackRice, un hackathon organisé à l’université de Rice au Texas. Sa particularité? Le TrumpScript reprend à son compte tous les fondamentaux de la rhétorique (de la pensée? Non, nous n’irons pas jusqu’à la philosophie politique…)  “trumpienne”.

“Donald Trump n’est pas le genre de gars à croire au PC”

Quand Donald T. n’a de cesse de répéter à longueur de meetings qu’il veut remettre l’Amérique au premier plan (“Make America Great Again”), les créateurs du TrumpScript (un langage à base de Python) ne se démontent pas et affirment tout de go que leur intention première est de remettre le Python au premier plan (“Make Python Great Again”)!

Autre élément important pour Sam Shadwell, Chris Brown, Dan Kron et Cannon Lewis, les quatre co-développeurs du TrumpScript, que leur création se fasse l’écho de la vision “trumpienne” du Monde, voire de l’Univers. Ils s’en expliquent longuement dans un entretien accordé au site Inverse.com.

Donald-TrumpAinsi en TrumpScript, tous les nombres doivent-ils, pour être à la hauteur du projet, être supérieurs à un million. Autrement, tout le monde comprendra que cela ne vaut pas la peine. Les “vrais” ou “faux” (“True and False”) sont ici remplacés par des “mensonges” ou des “vérités” (“Fact and Lie”).

Les messages d’erreur sont remplacés par des citations de Donald Trump. Quant aux “erreurs de syntaxe”, il sera précisé à leurs malheureux auteurs que “Donald Trump ne veut pas en entendre parler”. Enfin, point important, le TrumpScript n’est pas compatible Windows, car … “Donald Trump n’est pas le genre de gars à croire au PC”, précisent les créateurs du langage.

Petite blague de geek, PC en anglais “trumpien” désignant avant tout la “political correctness”, un concept à l’origine de notre politiquement correct national. Voilà, si ce projet de geeks potaches vous intéresse, vous pouvez en récupérer tous les éléments sur GitHub. Et n’oubliez pas de remettre le Python au premier plan! C’est important, et c’est quand même la base du projet…

EN - FR - DE - HI - ID - IT - JA - KO - FA - ES