Accueil / 2016 / janvier (page 5)

Monthly Archives: janvier 2016

Le métro de New York en timelapse

Max Diamond, plus connu sous le pseudo de DJ Hammers sur Twitter, est un journaliste vidéo new-yorkais. Sa passion: les trains.

 

Mais au-delà des trains, la passion de la vie de DJ Hammers, la vraie, celle qui le fait vibrer, ce sont les rames du métro de New-York. Des rames qu’il passe ses journées à filmer, sous toutes les coutures, comme le relate cet article de Vice.com. Et tout ça, pour notre plus grand bonheur.

Preuve en est, cette batterie de vidéos récemment postées sur YouTube, des vidéos accompagnées d’une jolie bande-son. On y retrouve le fameux “subway” de New York,  filmé en timelapse (ou time-lapse), c’est-à-dire en accéléré, directement depuis l’intérieur de la cabine du conducteur.

Une superbe et hypnotisante invitation au voyage. Le Bronx, Manhattan, Brooklyn, le Queens, comme si vous y étiez. Et paradoxalement, notre préférence va pour cette vidéo capturée en temps réel, du Nassau Street Express, la ligne J qui va du Queens à Manhattan, avec quelques lenteurs certes mais dont la durée, rassurez-vous, n’excède pas 1h56!

Ligne 7 / Queens – Manhattan

The Manhattan Bound Express 7 Line

Ligne J

Ligne J (Temps réel)

Les Chiffres De La Semaine #3 (du 18 au 22 janvier 2016)

Chaque semaine NewZilla.NET revisite l’actualité en quelques chiffres. A la Une cette semaine : Starbucks, Snapchat, Publicis, Netlfix, et un fonds public pour soutenir les biotechnologies.

 

  • 1400. C’est le nombre de boutiques que la chaîne américaine Starbucks Coffee compte ouvrir en Chine d’ici à 2019. Portant ainsi le nombre total de son implantation dans ce pays à 3400 magasins dans plus de 100 villes.
  • 7 MILLIARDS. C’est le nombre de vidéos que regardent tous les jours les quelques 100 millions d’utilisateurs de Snapchat. Soit plus de 5 milliards qu’il y a un peu moins d’un an et un milliard de plus qu’en novembre 2015. Mais surtout, ce résultat est à mettre en perspective avec les 8 milliards de vidéos vues quotidiennement sur Facebook, la base utilisateurs du réseau social étant tout de même 100 fois plus importante que celle de Snapchat.
  • 90. C’est le nombre de startup et d’entrepreneurs évoluant dans le secteur du digital, que Publicis Groupe s’apprête à soutenir et à financer, pour célébrer son 90ème anniversaire. Les candidats, qu’ils résident en France ou à l’étranger, peuvent postuler en ligne jusqu’au 28 février 2016 via la plate-forme Publicis90. Des pré-sélections des dossiers soumis seront réalisées par les 76 000 employés du groupe de communication français fondé en 1926 par Marcel Bleustein-Blanchet, et aujourd’hui dirigé par Maurice Levy.
  • 75 MILLIONS. C’est désormais le nombre total d’abonnés au service de VOD Netflix. Le fichier clients du groupe américain, désormais disponible dans 190 pays (à l’exception notable de la Chine)  s’est encore étoffé de 5,6 millions de nouveaux abonnés au dernier trimestre (dont 4 millions hors Etats-Unis).
  • 340 MILLIONS D’EUROS. C’est, selon une information du Figaro, le montant du Fabs, le « fonds accélération biotech santé », qui devrait être annoncé sous peu par la ministre de la Santé, Marisol Touraine. Ce fonds devrait financer des interventions en fonds propres d’au moins un million d’euros, pour une durée minimum de quatre ans.

 

Skype protège l’adresse IP de ses utilisateurs

Pratique, cette nouvelle fonctionnalité destinée à lutter contre le cyber-harcèlement est disponible dans la dernière version du logiciel de voix sur IP, pour ordinateurs et mobiles.

 

Skype, le logiciel de voix sur IP (VoIP) propriété de Microsoft, dissimule désormais par défaut l’adresse IP de ses utilisateurs. Une petite évolution en terme de fonctionnalité, mais un grand pas en terme de protection de la vie privée.

SkypeBeaucoup d’utilisateurs de Skype et en particulier, semble-t-il, des “gamers”, étaient parfois en but à de mauvais joueurs, si ce n‘est à de mauvais perdants, et se plaignaient du fait que leur adresse IP puisse être facilement consultable, indique le groupe Internet sur son blog.

Attaques par déni de service

Le but étant ici, pour les fauteurs de trouble, d’identifier l’adresse IP de leur adversaire voire par extension celle de son site Internet afin de lancer au mieux une attaque par déni de service (DDoS), rendant ledit site indisponible. Autre cas, bien plus préoccupant évidemment, tout ce qui relève du harcèlement en ligne ou cyber-harcèlement, à caractère sexuel ou non.

Cette nouvelle fonctionnalité de dissimulation de l’adresse IP, par défaut, est déployée sur la toute dernière version de Skype, disponible pour desktop et mobile, version qui est téléchargeable ici. A défaut, si vous ne procédez à aucune mise à jour du logiciel, rien ne change, et votre adresse IP restera très facilement consultable.

Mieux encadrer les locations sur Airbnb

PARIS (France) – C’est ce que souhaite l’Assemblée nationale qui vient d’adopter, contre l’avis du gouvernement, un amendement visant à obliger (sous peine d’amende et de prison) les propriétaires ou les locataires à prouver qu’ils ont bien le droit de louer un bien sur Airbnb ou via d’autres sites concurrents.

 

Eviter les sous-locations frauduleuses, c’est l’objectif d’un amendement voté hier à l’Assemblée nationale dans le cadre l’examen du projet de loi pour une République numérique. Ce texte vise à obliger les propriétaires ou les locataires à prouver qu’ils ont bien le droit de louer un bien sur Airbnb ou sur d’autres sites concurrents.

airbnbUn propriétaire devra “justifier sa qualité de propriétaire” et un locataire, de “l’autorisation du bailleur auprès des professionnels qui, opérant en ligne, assurent un service de mise en relation en vue de la location d’hébergements”. A défaut, les propriétaires et locataires concernés seraient passibles d’une peine allant jusqu’à un an de prison et 80 000 euros d’amende.

Eviter les revenus non déclarés

Le but ici, tel qu’affiché par la député socialiste Sandrine Mazetier, serait avant tout de faire rentrer des sous dans les caisses de l’Etat. La parlementaire a indiqué que cela permettrait d’éviter que des locataires “sous-louent parfaitement illégalement”, sans déclarer leurs revenus à l’administration fiscale, rapporte l’AFP.

Il est cependant à noter que ce texte a été adopté contre l’avis du gouvernement. Selon la secrétaire d’Etat au Numérique, Axelle Lemaire, il est en effet “prématuré de répondre définitivement à cette problématique”. La ministre s’est toutefois engagée à répondre “avant la fin de l’année (sur ce sujet), précisant que (le gouvernement était) très conscient de la perte de recettes fiscales que ces comportements induisent”.

Le “revenge porn”, ou vengeance pornographique, bientôt passible de 2 ans de prison

PARIS (France) – Les députés ont tranché. L’Assemblée nationale a adopté jeudi 21 janvier 2016 un amendement prévoyant que le “revenge porn”, ou “vengeance pornographique”, puisse être passible de deux ans de prison et de 60.000 euros d’amende.

 

Cet amendement s’inscrit dans le cadre du projet de loi “pour une République numérique” . Il était défendu par la députée socialiste Catherine Coutelle. Il vise “le fait de transmettre ou de diffuser sans le consentement exprès de la personne, l’image ou la voix de celle-ci, prise dans un lieu public ou privé, dès lors qu’elle présente un caractère sexuel”. Sexisme et réseaux faisant malheureusement souvent trop bon ménage, la parlementaire a rappelé “qu’une adolescente sur quatre a déclaré avoir été victime d’humiliation ou de harcèlement en ligne”.

RevengeLa députée socialiste Colette Capdevielle, avocate de profession, a pour sa part, raconté dans l’hémicycle avoir reçu après les débats en commission des Lois un message d’une mère célibataire d’une adolescente de 16 ans, filmée à son insu, et ayant reçu plus de 250 messages d’insulte, indique l’AFP.

Un phénomène inquiétant

Inconnu il y a encore quelques années, la vengeance pornographique dite aussi “revenge porn”, est un phénomène sociologique qui, notamment avec la montée en puissance de l’utilisation des smartphones conjuguée avec un engouement certain pour les réseaux sociaux, prend aujourd’hui une ampleur inquiétante.

En 2007, la nageuse française Laure Manaudou avait vu quelques unes de ses photos intimes fuiter sur le Net. Elle avait elle-même soupçonné l’un de ses anciens petit ami d’être à l’origine de ses fuites. Une divulgation d’information à caractère privé bientôt punie, dans le pire des cas, de 2 ans de prison et de 60.000 euros d’amende.

EN - FR - DE - HI - ID - IT - JA - KO - FA - ES