Revue de presse
Accueil / 2016 / mai (page 5)

Monthly Archives: mai 2016

Les ventes de vinyles rapportent plus aux artistes que YouTube

Nous sommes en 2016 et selon une étude publiée le 20 mai par la British Phonographic Industry (une organisation qui représente les intérêts des acteurs de l’industrie musicale au Royaume-Uni), la part des revenus provenant de services comme YouTube ne représente que 17% du montant total perçu par les artistes.

 

Le saviez-vous? Entre 2014 et 2015 le nombre de clips visionnés sur des services tels que YouTube a progressé de 88%, mais dans le même temps les revenus reversés aux artistes n’ont, eux, progressé, que de 0,4%.

C’est l’une des conclusions les plus marquantes d’une étude rendue publique le 20 mai 2016, par la British Phonographic Industry et disponible ici.

26,9 milliards de vidéos visionnées en 2015

En 2015, en Grande-Bretagne, les sommes reversées par YouTube et ses principaux concurrents n’ont par ailleurs représenté que 17% des revenus perçus par les artistes, dont une certaine Adele, (à savoir 24,4 millions de livres sterling sur près de 146 millions de livres sterling).

Les revenus issus des services de streaming, se placent ainsi loin derrière… les ventes (physiques) de disques vinyles, indique l’étude. Encore faut-il bien garder à l’esprit que si les internautes ont visionné 26,9 milliards de vidéos en 2015, les consommateurs n’ont acheté pour leur part “que” 2,1 millions de disques vinyles outre-Manche.

 

 

Nicolas Sarkozy visite Leboncoin.fr

Une semaine après avoir formulé une remarque (“C’est quoi Le Bon Coin?”), en passe de passer à la postérité, l’ancien chef de l’Etat, et probable futur candidat à la primaire des Républicains en vue de l’élection présidentielle, a eu l’intelligence d’aller voir par lui-même à quoi ressemblait ce site de petites annonces, dont il ignorait tout.

 

Le Bon Coin? Connais pas!… Il y a quelques jours les propos tenus par Nicolas Sarkozy lors d’une visite à Lyon et révélés par RTL avaient fait le tour du Web.

Vendredi dernier, pour tenter de mettre un terme à ce mauvais buzz médiatique, l’ancien président de la République (et qui aspire à le devenir de nouveau) s’est fendu d’une visite dans les locaux parisiens du site Leboncoin.fr, rue Lavoisier, dans le 8ème arrondissement de la capitale.

Nicolas-Sarkozy“C’est quoi, votre métier ? Vous avez fait quoi, comme études ? Vous gagnez combien ? Vous arrivez à quelle heure le matin ?”, comme le rapporte Le Parisien, la nature ayant horreur du vide, Nicolas Sarkozy a préféré inonder de questions ces interlocuteurs et interlocutrices…

Une opération réussie sur le plan médiatique qui en figure très certainement beaucoup d’autres, tant la visite de la start-up semble devenir un passage obligé pour tous (bons?) communicants et candidat putatif qui se respectent à l’aube de la prochaine campagne pour l’élection présidentielle de 2017.

Un exercice qui, à force de répétition, pourrait très rapidement fatiguer des électeurs, qui par ailleurs le sont, semble-t-il, déjà beaucoup…

118 XYZ… Le marché des renseignements téléphoniques est devenu “complètement fou”

“Complètement fou”… Dix ans après la disparition du 12 et son remplacement par des numéros en 118 XYZ, c’est le constat alarmant dressé par l’association UFC-Que Choisir, qui appelle (sans mauvais jeu de mots) à faire cesser ce scandale tarifaire.

 

Internet aidant, en dix ans le nombre d’appels passés vers les services de renseignements téléphoniques a chuté spectaculairement, passant de 214 millions d’appels en 2004 à 28 millions en 2014.

Conséquence directe, le chiffre d’affaires réalisé par les différents services en 118 XYZ, qui ont pris la suite du 12, a lui aussi baissé jusqu’à être amputé de moitié, passant de 223 millions d’euros à 120 millions d’euros.

Conséquence indirecte, pour amortir la chute de leurs revenus, les services de renseignements  téléphoniques ont très fortement augmenté leurs tarifs, souligne l’association UFC-Que Choisir qui tire la sonnette d’alarme sur la situation d’un secteur qu’elle estime être devenu “complètement fou”.

“Aujourd’hui, le moindre appel vers l’un de ces services coûte au minimum 2 €, auxquels s’ajoutent entre 50 centimes et 2,99 € par minute passée en ligne”, souligne l’association de défense des consommateurs. “Résultat : le fait de rester en ligne dix minutes avec son interlocuteur après avoir été mis en relation par un 118 peut générer une facture dépassant les 30 €.”

Des hausses de 564% à 1893% en 10 ans

Et UFC-Que Choisir de prendre un exemple concret, celui du 118 218, un service dont les publicités sont bien connues des téléspectateurs.

En dix ans, les tarifs du 118 218 n’ont cessé d’augmenter. De 90 centimes l’appel au début, il en coûte désormais 2,99 € l’appel puis 2,99 € la minute, quel que soit le renseignement demandé, soit une augmentation de 564 % du tarif de la première minute.” (…) Résultat : alors qu’un appel de 5 minutes au 118 218 (dont 4 après la mise en relation) coûtait 90 centimes en 2005, il revient aujourd’hui à 17,94 € (+ 1 893 % !).”

118218-renseignements-telephoniques-UFCquechoisirAlors pourquoi de telles dérives tarifaires? En pratique, aucun numéro surtaxé ne peut dépasser un plafond tarifaire, excepté les 118 qui ont la possibilité de fixer librement leurs tarifs, conformément à une décision de l’Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes) de 2012. Et, bien entendu, ils ne s’en privent pas !”, relève UFC-Que Choisir. Autre point inquiétant, si l’attribution d’un numéro en 118 oblige (en théorie) l’éditeur du service à respecter certaines règles déontologiques ou tarifaires (la durée d’un appel ne devant pas excéder 30 minutes et coûter plus de… 24 euros), il semble que certains éditeurs s’affranchissent de ces règles. “Il est grand temps de faire cesser ce scandale”, conclut l’association UFC-Que Choisir.

 

Jacquard, la veste denim connectée signée Levi’s et Google (VIDEO)

L’an dernier Google et Levi’s formaient un partenariat autour du Projet Jacquard, une initiative visant à développer toute une gamme de tissus connectés à Internet. Jacquard, une veste denim signée Levi’s devrait sortir au printemps 2017. Mais pour les plus geeks d’entre vous, le vêtement sera disponible en version beta dès cet automne.

 

Lancer des applications, gérer sa musique sur Spotify, voire répondre à (ou bloquer) un appel simplement en tapotant sur la manche de sa veste en jean… voici quelques unes des fonctionnalités disponibles (connexion Bluetooth aidant) avec Jacquard, une ligne de vestes denim, qui sera commercialisée au printemps 2017 par Levi’s.

Jacquard-Google-LevisSi ce modèle, un peu particulier, intègre un tissu connecté, fruit des recherches menées conjointement par Google et Levi’s depuis plusieurs mois dans le cadre du Projet Jacquard, Jacquard n’est en rien plus fragile qu’une veste en jean ordinaire et peut très bien passer par la machine à laver (ce qui est heureux).

Lavable en machine

Petite précision tout de même à toutes fins utiles… si l’on prend toutefois bien soin d’enlever pour cette étape délicate les quelques puces (électroniques) logées dans la manche du vêtement.

Si le prix n’est pas encore fixé, on sait tout de même (d’un point de vue technologique) que la veste fonctionnera avec des services comme Spotify, Google, Google Maps ou Strava, et que Google mettra à disposition des développeurs une API pour qu’ils puissent travailler à créer leurs propres applications.

Qwerkywriter, un clavier pour iPad et pour hipsters (VIDEO)

Au début, le Qwerkywriter n’était qu’un rêve, mais grâce à une campagne de financement participatif (de “crowdfunding”) particulièrement réussie sur Kickstarter (au cours de laquelle le projet a levé 129 164 dollars auprès de 469 contributeurs), le Qwerkywriter est désormais réalité!

 

Le Qwerkywriter (fabriqué par Qwerky Toys), est comme son nom l’indique (presque) un clavier, d’apparence très “vintage” qui n’est pas sans rappeler les polars de la Série Noire, où la Remington, cette machine à écrire de légende que l’on retrouve souvent dans les mains des personnages des romans de Stephen King…

Bref, le Qwerkywriter est un clavier tout à la fois “vintage” (en aluminium) et moderne, puisqu’il fonctionne en mode Bluetooth et a été conçu pour être utilisé avec une tablette numérique, à savoir un iPad. Un accessoire idéal pour les hipsters en manque de “vintage”.

A noter, pas de version AZERTY, mais une livraison dans le monde entier (sous deux semaines), au prix de 349 dollars l’unité.