En continu
Accueil / Liberté d'expression / Homa Hoodfar, une universitaire canado-iranienne emprisonnée en Iran

Homa Hoodfar, une universitaire canado-iranienne emprisonnée en Iran

PARTAGER CET ARTICLE
Homa Hoodfar, 65 ans, citoyenne Canado-Irlando-Iranienne a été arrêtée à Téhéran le 9 juin 2016. Anthropologue de renom, professeur à l’université Concordia à Montréal, Homa Hoodfar est détenue arbitrairement à la prison d’Evin à Téhéran.

 

Cette universitaire était arrivée en Iran en février 2016 pour rendre visite à sa famille ainsi que pour consulter, dans le cadre d’un livre en préparation, les archives de la bibliothèque du Parlement iranien.

Début mars, à quelques jours de son départ son domicile a été perquisitionné ; son ordinateur, son téléphone et son passeport ont été saisis. Après une première série d’interrogatoires sans pouvoir bénéficier de la présence d’un avocat, le professeur Homa Hoodfar a été libérée sous caution, avec interdiction de quitter le territoire iranien.

Détention arbitraire

Aux yeux du pouvoir en place à Téhéran, les travaux universitaires du professeur Homa Hoodfar sont, semble-t-il assimilés à une menace pour la sécurité intérieure du pays.

Homa-HoodfarL’annonce de l’arrestation du professeur Homa Hoodfar a suscité une vague d’indignation dans le monde universitaire, et dans le monde entier.

Plusieurs pétitions appelant à sa libération ont été lancées, dont une par Amnesty International.

Une autre déjà signée par plus de 4 500 chercheurs et auteurs de renommée internationale (de plus de 40 pays) est également disponible en ligne. Un groupe Facebook Free Homa Hoodfar est ouvert. Homa Hoodfar, 65 ans, est actuellement détenue sans assistance médicale ni juridique à la prison d’Evin à Téhéran, dans la branche 2A, une branche contrôlée par les gardiens de la Révolution.

A lire aussi sur NewZilla.NET

Le Montana dit “OUI” à la neutralité du Net

Pour le gouverneur de cet Etat américain, il n’est absolument pas question de remettre en cause sous quelque forme que ce soit le principe de neutralité du Net comme souhaitent le faire aujourd’hui les autorités fédérales américaines à Washington. 

Montréal se tourne vers le logiciel libre (pour combler son retard en matière d’informatique)

Selon un récent audit, la métropole du Québec accuse un retard spectaculaire en matière d’équipements et de logiciels informatique. Pour sortir de cette ornière technologico-spatio-temporelle, les responsables de la Ville s’orientent vers l’utilisation de plus de logiciels libres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.