Accueil / NewZilla.NET / Nouvelles vagues d’arrestations en Iran après des posts sur Instagram

Nouvelles vagues d’arrestations en Iran après des posts sur Instagram

Plusieurs mannequins ont été interpellés le mois dernier en Iran. Le pouvoir leur reproche d’avoir mis en ligne sur le réseau social de partage de photos et de vidéos Instagram, des posts allant à l’encontre des codes vestimentaires prônés par la République Islamique d’Iran et par l’actuel guide suprême de la Révolution islamique, l’ayatollah Ali Khamenei.

 

« Internet est un outil de promotion et de diffusion des idées anti-Islamique et il convient de traiter ce problème dans les meilleurs délais. »

Le mois dernier, les déclarations anti-Internet de l’actuel guide suprême de la Révolution islamique, l’ayatollah Ali Khamenei ont rapidement été suivies d’une nouvelle vague d’arrestation.

Cette fois-ci, ce sont des mannequins amateurs qui ont été visés. Huit jeunes femmes ont été arrêtées pour avoir posté sur Instagram des clichés allant à l’encontre des codes vestimentaires prônés par le régime au pouvoir à Téhéran.

"Confession" publique

La télévision d’Etat a par ailleurs diffusé la « confession » de l’un de ces mannequins expliquant qu’elle avait posté des photos d’elle sur Instagram pour gagner de l’argent grâce à la publicité des produits de beauté, ou des vêtements qu’elle portait, rapporte l’agence Reuters.

Mehdi Butorabi, 53 ans, et gérant du très populaire Persian Blog, un expression lancé en 2001 comme un pendant iranien à Blogger la plate-forme de Google a également été arrêté le mois dernier.

En Iran, si l’accès à des services en ligne comme Facebook, Twitter ou YouTube, est bloqué par le pouvoir, des millions d’Iraniens continuent toutefois d’y accéder en utilisant, comme en Chine, des VPN (Virtual Private Network). Une technique de consultation du Web qui permet de brouiller les pistes, sans pour autant s’affranchir totalement des systèmes de surveillance mis en place par le gouvernement.

A lire aussi

China-comments

La Chine interdit les commentaires anonymes

Après avoir interdit l'utilisation de VPN (ces réseaux privés virtuels qui peuvent dans certains cas permettre de contourner la censure), après avoir obligé les médias chinois à héberger leurs contenus sur des serveurs informatiques locaux, la Chine met aujourd'hui en place l'interdiction de poster des commentaires en ligne de façon anonyme.

snapchat-instagram-facebook

Facebook, le péril jeune

Selon une étude publiée par le cabinet eMarketer les 12-17 ans et les 18-24 ans délaissent massivement Facebook pour Instagram et Snapchat qui pourrait même devenir dès la fin de l'année 2017 le réseau social le plus utilisé par les 12-24 ans. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.