En continu
Accueil / NewZilla.NET / En Californie, les pistolets fabriqués avec une imprimante 3D devront obligatoirement être déclarés aux autorités

En Californie, les pistolets fabriqués avec une imprimante 3D devront obligatoirement être déclarés aux autorités

PARTAGER CET ARTICLE
Une nouvelle loi oblige désormais les fabricants d’armes du dimanche à déclarer leurs créations aux autorités. En Californie, on ne plaisante pas avec le permis de port d’arme (ou si, peut-être un peu)…

 

Cet Etat américain vient en effet de voter avec l’aval de la NRA (le très puissant lobby des armes à feu aux Etats-Unis), une loi obligeant un particulier qui a fabriqué (grâce à l’impression 3D) une arme à feu, chez lui, à en déclarer l’existence aux autorités.

Selon la NRA, ce type de disposition est de nature à faire baisser très sensiblement la fabrication domestique d’armes à feu. On ne rit pas, car la chose est grave, mais il est permis d’en douter.

En partant, ces férus d’impression 3D (mais pas que) devront demander, pour chaque arme en leur possession, l’obtention d’un numéro de série  qui devra être apposé sur l’arme en question.

Homologation

Pour obtenir cet identifiant, les particuliers devront se soumettre à quelques vérifications élémentaires, et les armes à feu imprimées en 3D (qui rappelons-le présentent de part les matériaux les composant un danger certain pour leurs utilisateurs) passeront également un test d’homologation. Un test, qu’en l’état des choses, elles ne risquent pas vraiment de réussir.

Autre point important, la nouvelle loi interdit le transfert ou la vente à un tiers de toute arme à feu fabriquée à domicile par un résident de l’Etat de Californie.

A lire aussi sur NewZilla.NET

Facebook et Google misent sur l’information locale

Le premier, englué dans la controverse autour des “fake news”, tente de se recentrer en re-donnant la priorité à la diffusion d’une information de proximité, supposément plus fiable. Le second lance Bulletin, une application destinée à susciter et à encourager la production d’un “journalisme citoyen”.

tesla-model-3-elon-musk

Tensions sociales chez Tesla

Un post mis en ligne sur la plate-forme de blog Medium, par un employé de l'usine Tesla de Fremont (Californie) attire l'attention sur les conditions de travail et le niveau de rémunération des 5000 collaborateurs du site tout en suggérant la création d'un syndicat, fureur d'Elon Musk, le patron de Tesla, qui est par ailleurs membre du comité consultatif économique du 45e président des Etats-Unis, Donald Trump.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.