Accueil / 2016 / août (page 2)

Monthly Archives: août 2016

(MISE A JOUR) Comment empêcher WhatsApp de communiquer votre numéro de téléphone à Facebook à des fins publicitaires

“La publicité sur mobile n’est pas un modèle durable”… Les belles promesses de Jan Koum (le co-fondateur de WhatsApp, l’application de messagerie rachetée par Facebook en 2014 – Cf. NewZilla.NET du 20 février 2014 – pour 22 milliards de dollars) n’auront tenu que deux ans.

 

Première parution / 26 août 2016

Hier, WhatsApp a annoncé qu’il partagerait très prochainement les informations et numéros de téléphone de son milliard d’utilisateurs avec Facebook à des fins marketing et publicitaires.

Evidemment, on s’en voudra presque de rappeler une énième fois ici cette réalité de l’Internet qui veut que “quand c’est gratuit, c’est vous le produit”, mais force est de constater que la décision de WhatsApp (Cf. NewZilla.NET du6 avril 2016) en est la plus parfaite illustration.

"Quand c'est gratuit, c'est vous le produit"

Ceci étant, les utilisateurs de WhatsApp peuvent encore (jusqu’à quand?) s’opposer à ce transfert d’informations. Soit en n’acceptant pas les nouvelles conditions d’utilisation de l’application.

whatsapp-facebook

En lieu et place cliquez sur la mention “En savoir plus sur les mises à jour principales de notre politique de protection de la vie privée” et ensuite, décochez, c’est-à-dire désactivez la mention “Partager les informations de mon compte avec Facebook”.

MISE A JOUR / 29 août 2016

L’équivalent britannique de la CNIL (Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés) avait déjà exprimé quelques doutes sur la question, aujourd’hui c’est au tour du G29, le groupement des autorités de protection des données personnelles de l’Union européenne de s’exprimer sur le sujet. “Les changements des politiques de vie privée sont suivis avec beaucoup de vigilance par le G29 et chacune des autorités européennes. L’enjeu est celui de la maîtrise par l’individu sur ses données quand elles sont combinées par les grands acteurs d’Internet”, a fait savoir la Commission nationale de l’informatique et des libertés, qui assure la présidence du G29, cité par Le Monde.

En revanche, si vous avez déjà accepter les nouvelles conditions d’utilisation de l’application WhatsApp, depuis moins de 30 jours (le délai est important), rendez-vous dans “Réglages”, “Compte” et “Partager les informations de mon compte avec Facebook”, pour une désactivation réussie. Et le tour est joué!

Nos services Internet et leurs équivalents chinois (1ère partie)

La Chine, 705 millions d’internautes et de mobinautes, et accessoirement quelques applications qui préfigurent ce que sera l’Internet de demain, une fois dépassées les limites de la Grande Muraille. Petite revue de détail établie par le cabinet spécialisé iResearch.

 

Tinder et Tantan. Cette application de “dating” beaucoup plus riches en nombre de fonctionnalités que Tinder intègre également un jeu questions-réponses pour briser la glace entre cyber-inconnu(e)s.

Google et Baidu. L’équivalent chinois de Google (qui préparerait son retour en Chine) indexe principalement des sites en langue chinoise.

Le Bon Coin et 58.com. Pour être précis le site de petites annonces 58.com se rapprocherait plus dans sa forme de Craigslist, la plate-forme communautaire de petites annonces lancée au milieu des années 90 aux Etats-Unis par Craig Newmark.

Yelp ou Trip Advisor et Dianping. Diangping propose à ses utilisateurs une fonctionnalité qui leur permet de commander, et d’acheter en direct (via l’application) des petits plats quand ils sont au restaurant.

Groupon et Meituan. Groupon n’est pas présent en Chine (et vu l’état des finances du groupe Internet, ce n’est pas particulièrement ce que l’on pourrait lui souhaiter…). De son côté, Meituan vient de fusionner avec Dianping (Cf. plus haut).

Expedia et Ctrip. Spécialité chinoise, Ctrip propose à ses utilisateurs d’obtenir pour eux les visas nécessaires à un voyage à l’étranger. Le site prend en charge les passeports des futurs voyageurs, les apporte aux consulats, et retourne les passeports à leurs propriétaires une fois les précieux sésames obtenus.

Amazon et JD.com, Tmall voire Alibaba

YouTube et Youku ou Tudou. Sur ces deux plates-formes les utilisateurs peuvent télécharger leurs propres vidéos, mais aussi payer un abonnement pour accéder à un service de TV ou de film en streaming, ou payer “à la carte” comme sur YouTube Red.

China-Apps

Yahoo! et QQ. Si Yahoo! est présent en Chine, contrairement à beaucoup d’autres services Internet du reste du monde, il doit aussi compter sur la concurrence de QQ, propriété du groupe (et géant de l’Internet chinois) Tencent, qui est également l’un des premiers éditeurs de jeux sur mobile du pays.

Twitter et Weibo. Les dirigeants de ce réseau social rejettent toute comparaison avec Twitter (qui n’est pas présent en Chine) et pourtant… A noter que Weibo (qui compte parmi ses actionnaires le groupe Alibaba) est souvent utilisé par le gouvernement chinois comme un outil de propagande officielle.

Les Pokémons “rares” n’iront pas à l’école

A l’occasion de sa conférence de presse de rentrée, la ministre de l’Education nationale Najat Vallaud-Belkacem, a indiqué qu’elle ne souhaitait pas que dans le cadre du jeu mobile Pokémon GO, il soit possible de débusquer des Pokémons “rares” dans les établissements scolaires.

 

 

Niantic, l’éditeur du jeu Pokémon GO reçoit sur rendez-vous. La ministre de l’Education nationale Najat Vallaud-Belkacem a donc pris rendez-vous avec Niantic pour demander à ce qu’il n’y ait pas de Pokémon “rares” dans les établissements scolaires, a-t-elle indiqué aujourd’hui lors de la conférence de rentrée scolaire.

"Problèmes de sécurité" 

En attendant, la réponse de l’éditeur… les personnels de direction peuvent demander que leur établissement soit “exclu de la cartographie du jeu” en remplissant un formulaire sur le site de Niantic Labs, a précisé la ministre.

pokemon-go-ecole

Pour justifier sa démarche, la ministre de l’Education nationale Najat Vallaud-Belkacem a indiqué que la présence dans un endroit donné de Pokémons “rares” était susceptible d’attirer “beaucoup de gens, et au-delà des élèves”, en particulier dans les établissements scolaires, ce qui pose “des problèmes de sécurité” compte tenu de “l’engouement autour du jeu”.

Une TRES importante faille de sécurité découverte sur les iPhone, iPad et iPod Touch

Apple a publié un communiqué après avoir découvert une faille de sécurité d’une simplicité et d’une ampleur inédite, affectant les iPhone, iPad et iPod Touch. Celle-ci permet aux hackers d’espionner les mails, les messages et les appels des appareils concernés. Une mise à jour (iOS 9.3.5) est disponible. Il est très fortement recommandé de l’installer.

 

Au départ ce n’est qu’un simple lien, reçu par SMS, par mail, ou dans le cadre d’une tentative de phishing (Cf.NewZilla.NET du 25 janvier 2016). A ceci près que si la victime clique sur ce lien elle est re-dirigée automatiquement vers un site qui s’ouvre dans le navigateur Internet Safari et qui déclenche un logiciel espion du nom de “Pegasus”.

Ce logiciel exploite alors une faille de sécurité baptisée Trident qui pour faire simple lui permet d’accéder au “kernel” de l’appareil, une partie du système d’exploitation qui contrôle de manière privilégiée le fonctionnement du smartphone visé.

Surveiller, écouter, lire...

Ce faisant, les intrus peuvent activer, à l’insu de l’utilisateur, l’appareil photo d’un iPhone ou d’un iPad pour voir ce qui se passe dans une pièce, activité la fonction “microphone” pour écouter à distance ce qui se passe dans une pièce, installer des logiciels de surveillance, lire le contenu des mails, des messages échangés sur via les applications “messenger” de type WhatsApp, ou bien encore consulter la liste des contacts ou l’agenda de la personne visée.

apple

Pour ne pas faire les frais de ce type d’intrusion, il est donc recommander d’installer de toute urgence, à partir des appareils concernés, la mise à jour (iOS 9.3.5) mise à disposition par Apple pour corriger cette faille de sécurité.

Pour la petite histoire, cet acte de malveillance serait l’oeuvre de NSO Group Technologies, une très discrète (elle n’a même pas de site Internet) société israélienne spécialisée dans les solutions d’espionnage et de surveillance électronique qu’elle revend à différends gouvernements.

OPINION (Mozilla Foundation) “La loi européenne sur le droit d’auteur entrave l’innovation et la créativité sur Internet”

 

Internet est une plateforme sans précédent, moteur d’innovation, d’opportunité et de créativité. C’est ici que les artistes créent, que les développeurs et entrepreneurs construisent des technologies révolutionnaires, que les éducateurs et chercheurs font avancer la recherche, et que le grand public vit sa vie.

 

mozilla-advocacy_logoInternet apporte de nouvelles idées au quotidien, et aide à améliorer les idées déjà présentes. C’est pour cela que nous avons besoin de lois protégeant et conservant précieusement internet comme une plateforme ouverte et collaborative.

Cependant, au sein de l’Union européenne, certaines lois semblent ne pas avoir eu le mémo. Le cadre légal en matière de droit d’auteur est obsolète. Il réduit fortement le champ des possibilités et empêche – voire dans certains cas, interdit légalement – artistes, développeurs et autres internautes de créer et innover en ligne. Ce cadre a été établi avant qu’Internet ne change notre façon de vivre. Par conséquent, ces lois ne sont pas en accord avec la vie telle qu’on la connait au XXIe siècle. Voici quelques exemples de lois obsolètes au sein de l’Union européenne en matière de droit d’auteur :

  • Il est illégal de partager une photo de la tour Eiffel illuminée de nuit. Ces illuminations sont soumises au droit d’auteur, et les touristes ne disposent pas de l’autorisation des artistes.
  • Dans certains pays de l’Union européenne, créer un meme est techniquement illicite. Il n’y a pas d’exception à l’échelle européenne.
  • Toujours dans certains pays de l’Union européenne, les enseignants ne peuvent pas diffuser de films à leur classe ou partager des contenus destinés à l’éducation en salle de lasse à cause d’une loi restrictive en matière de droit d’auteur.

Il est temps que nos lois suivent le rythme des technologies. C’est maintenant que nous devons faire la différence. Cet automne, la Commission européenne prévoit de réformer le cadre européen du droit d’auteur.

Mozilla en appelle à la Commission européenne pour décréter cette réforme, et invite les citoyens à en faire de même. Aujourd’hui, Mozilla lance une campagne visant à faire entrer la loi sur les droits d’auteur dans le XXIe siècle. Les citoyens peuvent lire et signer la pétition de Mozilla au lien suivant. En ajoutant son nom, trois grandes réformes sont soutenues :

  1. Adapter la loi européenne sur les droits d’auteur au XXIe siècle

Le droit d’auteur peut être essentiel lorsque l’on souhaite promouvoir l’éducation, la recherche et la créativité – encore faut-il qu’ils ne soient pas dépassés et excessivement restrictifs. Les lois européennes actuelles sur les droits d’auteur ont été votées en 2001, avant que les smartphones ne soient présents dans les poches de tout le monde. Il faut mettre à jour et harmoniser les règles afin de pouvoir bricoler créer, partager et apprendre sur Internet. Éducation, parodie, panorama, remixes et décryptages ne devraient pas être illicites.

  1. Intégrer ouverture et flexibilité afin d’encourager l’innovation et la créativité

La technologie évolue rapidement, et les lois ne peuvent pas suivre le rythme. C’est pourquoi ces lois doivent anticiper ces évolutions, et donc être conçues pour rester pertinentes même après 5, 10 ou 15 ans. Il faut autoriser que de nouveaux usages soient faits de créations soumises au droit d’auteur afin de favoriser la croissance et l’innovation. Il faut capitaliser sur la flexibilité de la loi – par exemple par le biais d’une exception spécifique aux contenus générés par les utilisateurs, et une clause telle qu’une norme ouverte, un échange équitable – afin de permettre aux internautes de développer et améliorer le Web.

  1. Ne pas laisser Internet s’effondrer

Un aspect essentiel faisant d’Internet une ressource incroyable réside dans le principe d’innovation sans permission – n’importe qui, n’importe où, peut créer et s’adresser à un public sans que qui que ce soit se mette en travers de son chemin. Cependant, ce principe clé est menacé. Certaines personnes souhaitent mettre en place des frais de licence et autres restrictions auprès d’entreprises Web pour des choses basiques telles que la création d’hyperliens ou la mise en ligne de contenus. D’autres veulent que de nouvelles lois autorisent de surveiller et filtrer les contenus en ligne. Ces changements établiraient des gardiens et barrières en ligne, et risquent donc d’ébranler Internet entant que plateforme génératrice de croissance économique et de liberté d’expression.

Mozilla défend la notion d’un Internet exceptionnel. Cela signifie se battre pour des lois qui font sens au XXIe siècle.

 

  • Texte reproduit avec l’autorisation de la Mozilla Foundation. 
  • Mozilla est une communauté mondiale de technophiles, de penseurs et d’artisans travaillant ensemble afin de conserver un Internet intact et accessible à tous pour que chacun soit en mesure de l’utiliser pleinement et de l’enrichir.
  • Cet espace de publication est ouvert à tous. Si vous souhaitez partager une contribution, merci d’envoyer votre texte à l’adresse suivante : chronique@newzilla.net . Les textes reçus seront publiés après relecture et sous réserve de validation par la rédaction de NewZilla.NET