Accueil / 2016 / août (page 4)

Monthly Archives: août 2016

Comment la NSA a contribué à la localisation du terroriste Salah Abdeslam

Les services de police et de renseignement belges ont sollicité l’aide de cet organisme gouvernemental du département de la Défense des États-Unis pour localiser le dernier terroriste survivant ayant participé aux attentats de Paris et de Saint-Denis qui ont fait 130 morts le 13 novembre 2015, révèle le site BuzzFeed.com.

 

Les terroristes, ou leurs complices, assistent parfois à des enterrements de terroristes, savamment équipés de leurs téléphones portables, ou plutôt de leurs… smartphones.

Partant de ce principe, les services de police et de renseignement belges ont fait appel au savoir-faire de la NSA (National Security Agency) en matière de collecte et d’analyse des métadonnées pour les aider à remonter la piste de Salah Abdeslam, c’est ce que révèle en exclusivité une longue enquête publiée sur le site d’information BuzzFeed.com.

Une traque technologique dont voici le résumé. Au début du mois de mars, après plusieurs mois de fouilles d’appartements menées sans succès sur Bruxelles et ses alentours pour mettre la main sur Salah Abdeslam, un nouvel élément va permettre de relancer l’enquête.

Un terroriste vient en effet d’être identifié. Son nom, Chakib Akrouh. L’homme était mort lors de l’explosion de sa ceinture piégée au cours de l’assaut donné par les forces de polices françaises à Saint-Denis le 18 novembre 2015. Sa famille a alors décidé d’organiser son enterrement. La police belge qui avait jusqu’ici fait chou blanc choisit d’anticiper sur l’organisation  de la cérémonie.

Interception de signaux

Partant du principe que l’assistance ne serait pas exclusivement composée de badauds et de simples touristes, la Belgique fait alors appel aux services de la NSA, une structure de renseignement qui, comme l’avait révélé il y a quelques années Edward Snowden, a la capacité de collecter et de traiter une grande quantité de données pour les transformer en informations utilisables.

National-Security-Agency

Selon un responsable de la lutte antiterroriste et un enquêteur de la police belge interrogés par BuzzFeed.com, une connaissance avérée de Salah Abdeslam était en train de filmer l’enterrement. “Le gars filmait ça sur son smartphone —ça voulait dire qu’il allait envoyer le fichier à quelqu’un”, a déclaré l’agent de la sûreté de l’Etat. “On a demandé à la NSA d’analyser tout particulièrement ce téléphone.” Sachant que “la NSA est la meilleure pour intercepter les signaux.” 

Une stratégie, semble-t-il, efficace puisque Salah Abdeslam a été interpellé le 18 mars 2016 à Bruxelles, soit quelques jours à peine après l’enterrement de Chakib Akrouh.

(MISE A JOUR) Captain Train devient Trainlive

La plate-forme de réservation et d’achat de billets de train est reprise par Trainlive, son pendant britannique, une start-up dans laquelle on retrouve des investisseurs comme le patron de Free, Xavier Niel, ou le fondateur de Liligo, Pierre Bonelli.

 

Première parution / 16 mars 2016

La start-up française Captain Train rachetée pour 170 millions d’euros

D’un côté, Captain Train (ex-Capitaine Train), une plate-forme de réservation et d’achat de billets de train, présente notamment en France, en Italie et en Allemagne (5 000 ventes par jour, 1,4 million d’utilisateurs, une volume de transaction de 72 millions d’euros par an) ; de l’autre Trainlive, son pendant britannique (4,7 millions d’utilisateurs actifs, 21 millions de visiteurs uniques par mois et un volume d’affaires de 2,3 milliards de dollars).

MISE A JOUR / 22 août 2016

Pas la peine de faire 10 000 signes sur le sujet, même si l’information mérite d’être relevée, la française Captain Train rachetée au printemps dernier par le groupe britannique Trainlive, va s’effacer définitivement et prendre le nom de son nouveau propriétaire. “Notre site et nos applications vont changer de nom et de couleurs, mais vous reconnaîtrez vite l’expérience Captain Train sous le vernis vert-menthe de Trainline. Nous n’avons pas prévu de bouger le moindre pixel, il s’agit d’un simple coup de peinture, pour que l’apparence des services Trainline soit la même des deux côtés de la Manche”, précise le futur ex-Captain Train sur son blog officiel.

Le second (Trainline) vient de racheter le premier (Captain Train) pour un montant avoisinant les 170 millions d’euros, rapporte TechCrunch. Ensemble, les deux sites pourront bientôt proposer à leurs clients de réserver et d’acheter des billets de train auprès de 36 compagnies ferroviaires dans 22 pays en Europe.

captain-train-trainlive

Objectif de ce rapprochement: proposer des offres tarifaires suffisamment séduisantes pour un public qui si l’on n’y veille pas, peut facilement céder à la tentation du low-cost…

Kobo, la liseuse qui ne prend pas l’eau

Kobo, le discret concurrent d’Amazon sur le marché des liseuses d’ouvrages sous format électronique (distribué en France par la Fnac), sort le Kobo Aura One, sa deuxième génération de liseuse étanche (“waterproof” pour les anglophones).

 

Avec Kobo, plus besoin de lire au bord de la piscine, autant lire directement DANS la piscine. Une liseuse qui résiste à la pression pendant une heure et sous 2 mètres d’eau, c’est en effet le pari technologique de la Kobo Aura One, la dernière-née du fabricant canadien Kobo.

Si elle ne donne bien évidemment pas accès au catalogue Amazon (ce qui peut être frustrant), la Kobo tient tout de même son rang avec les 5 millions d’ebooks proposés sur le Kobo Store accessible en Wi-Fi.

Par ailleurs, pour les Etats-Unis (pour le moment) un système de prêt d’ebook, baptisé OverDrive, permettra aux futurs possesseurs de la Kobo Aura One d’emprunter gratuitement des livres électroniques sur le fond des bibliothèques les plus proches de chez eux.

Kobo

9 millimètres d’épaisseur, 230 grammes, 8Go de mémoire, un port Micro USB, une batterie dont l’autonomie annoncée est d’à peu près un mois, un écran de 7,8 pouces dont la luminosité s’adapte à celle de la pièce où l’on se trouve, en résumé, la Kobo Aura One, disponible à partir du 6 septembre prochain au prix de 230 dollars, s’annonce comme une concurrente sérieuse au Kindle Oasis, la liseuse haut-de-gamme d’Amazon (Cf. NewZilla.NET du 14 avril 2016).

 

A Helsinki, des minibus électriques et sans chauffeur

Après un premier test concluant à Vantaa (Finlande), des petits bus électriques et sans chauffeur vont circuler jusqu’à la mi-septembre à Hernesaari, un quartier de la capitale finlandaise, Helsinki.

 

Quand il est question de véhicules autonomes, la Finlande a ceci de particulier que sa législation n’oblige pas à ce que les véhicules circulant sur la voie publique fonctionnent avec à leur bord un chauffeur…

Partant de ce principe législatif, la ville d’Helsinki, qui ambitionne de réduire très sensiblement le nombre de véhicules détenus par des particuliers dans les dizaines prochaines années, a décidé de tester un nouveau mode de transport public, le minibus électrique et sans chauffeur.

Helsinki-bus

L’Easymile Ez-10, c’est son nom, peut transporter une douzaine de passagers. Il peut circuler à la vitesse maximale de 40km/h, mais en pratique pour le test en cours depuis quelques jours, et étant donné les circonstances et les impératifs de sécurité, l’Easymile Ez-10 ne devrait pas dépasser les 10km/h…

Uber va déployer sa première flotte de véhicules autonomes aux Etats-Unis

Dans quelques jours à Pittsburgh dans l’Etat de Pennsylvanie (Etats-Unis), les utilisateurs de l’application Uber pourront commander non pas un VTC (véhicule de tourisme avec chauffeur) mais une voiture intégrant un mode de conduite autonome (certes placée sous surveillance humaine, mais pour combien de temps encore?).

 

Chauffeur Uber? Pas vraiment un métier d’avenir! Car l’une des obsessions de Travis Kalanick, co-fondateur et P-DG du groupe Internet est bel et bien de pouvoir se passer à terme (mais en pratique le plus rapidement possible) des services (trop coûteux à son goût) du million de chauffeurs qui travaillent aujourd’hui pour Uber un peu partout dans le monde.

Pour y parvenir Travis Kalanick a convaincu au début de l’année 2015 plusieurs chercheurs issus du département de robotique de l’université Carnegie Mellon de collaborer à un projet de véhicule autonome, sans chauffeur.

Les premiers résultats de ce rapprochement, dont nous vous parlions déjà au printemps (Cf. NewZilla.NET du 20 mai 2016) seront visibles dans les prochains jours dans les rues de Pittsburgh, Pennsylvanie (Etats-Unis).

C’est dans cette ville de l’est des Etats-Unis que le groupe Internet a choisi de déployer des SUV Volvo XC90, des véhicules embarquant plusieurs douzaines de capteurs utilisant appareil photo, laser, radar et récepteurs GPS.

Course gratuite

La conduite de ces véhicules sera contrôlée humainement, un vrai-faux chauffeur étant assis à la place du conducteur pour vérifier que tout se passe bien. Les utilisateurs de l’application Uber qui commanderont un véhicule se verront attribuer et proposer les services d’un véhicule “autonome” de manière aléatoire. Mais la course sera gratuite.

Uber-Volvo

A terme, l’idée pour Uber est bien évidemment de faire baisser très significativement le prix de la course, voire même de parvenir à un coût si bas qu’il sera plus intéressant d’emprunter un véhicule Uber que d’avoir sa propre voiture.

Dans cette perspective, Uber vient également de sceller un partenariat de 300 millions de dollars avec le constructeur d’origine suédoise (mais aujourd’hui passé sous pavillon chinois) Volvo.

Ce type de démarche n’est pas une première de la part d’un groupe automobile, puisque Toyota a déjà investi dans Uber, que Volkswagen s’est rapproché de Gett, un concurrent d’Uber et que General Motors est entré au capital de Lyft, le grand rival d’Uber aux Etats-Unis.