Revue de presse
Accueil / 2017 (page 60)

Yearly Archives: 2017

SFR coupe le téléphone à deux retraités qui refusaient de prendre sa box Internet

A Châtignac (Charente) Annette et Pierre Massonnaud, n’ont plus de téléphone fixe depuis le 22 novembre 2016. Ce couple de retraités octogénaires avait refusé une offre commerciale de l’opérateur SFR.

 

C’est une grosse boulette qui vient de révéler le quotidien régional La Charente Libre, une boulette signée SFR. Depuis plus de deux mois un couple de retraités octogénaires n’a plus de téléphone fixe, suite à une coupure sauvage et précipitée de sa ligne par l’opérateur de télécommunications. Résumé des faits.

Le 18 novembre dernier, Annette et Pierre Massonnaud, un couple habitant Châtignac (Charente), sont sollicités par téléphone par un commercial de l’opérateur SFR qui “pour les remercier de leur fidélité” (ils sont clients depuis 2010), leur propose de souscrire à une nouvelle offre de box Internet.

“Nous avons 80 ans tous les deux. Nous sommes une proie facile pour un tel prédateur qui a tellement insisté qu’on a pratiquement dit oui, mais sans rien signer. On n’a pas envie d’avoir une box, on n’a même pas d’ordinateur…”, explique aujourd’hui Annette Massonnaud à la Charente Libre.

Un accord oral, qui légalement ne vaut avant l’écoulement d’une période de rétraction de 14 jours pour ce type de transaction commerciale. Sur les conseils de ses enfants, le couple revient donc sur sa “décision” et envoie dès le 21 novembre un courrier de rétractation à SFR avec accusé de réception, courrier indiquant qu’ils refusent l’offre commerciale.

SFR reconnaît une “erreur”

“Le 28 novembre, SFR (nous) envoie un courrier qui prend en compte la rétractation. Mais dès le 22 novembre, ils nous avaient aussi coupé la ligne”, rapporte Pierre Massonnaud. Une coupure de ligne pour le moins anticipée et une ligne téléphonique qui n’a pas depuis été rétablie.

Un bug, un gros bug car SFR est passé à l’action aussitôt le démarchage commercial réalisé, en se contentant de l’accord oral, sans attendre le délai de rétractation légal. Aujourd’hui, l’opérateur reconnaît son erreur tout en indiquant ne pas être véritablement en mesure de la réparer. “Nous n’avons pas voulu couper la ligne de ces abonnés par rétorsion, nous l’avons coupée par erreur et un peu trop vite, pour installer la box”, souligne Patrick Caméo, responsable com’ SFR pour le Sud-Ouest, interrogé par La Charente Libre.

SFR s’est engagé à rembourser les frais (d’un montant de 55 euros) liés à la fermeture de la ligne, mais le mal est fait et le couple de retraités s’est engagé de son côté… à changer d’opérateur de télécommunications.

Saint-Cyr ajoute une option “Cyberdéfense” à son BTS “Systèmes numériques Informatique et réseaux”

A partir de la rentrée 2017, le lycée militaire accueillera 32 étudiants dans cette formation de deux ans destinée à former des “combattants du numérique”. 

 

Vous êtes (ou vous serez en juin prochain) titulaire d’un bac scientifique S ou ST2ID? Vous souhaitez vous engager dans la Défense, sous statut civil ou sous statut militaire? Et être assuré d’intégrer le corps des armées à l’issue de votre formation supérieure?

Alors, il se peut bien que le BTS “Systèmes numériques Informatique et réseaux” soit fait pour vous.

Car, à partir de la rentrée prochaine, le lycée militaire de Saint-Cyr-l’Ecole (situé à proximité de Paris, dans le département des Yvelines), enrichit son BTS d’une option “Cyberdéfense”. Mise en place en un temps record d’un an et demi, cette formation représente un investissement en matériels, personnels et locaux de près de 2 millions d’euros.

cyberdéfenseAu menu de cette formation de deux ans, de la programmation bien sûr, un focus sur les problématiques liées à la sécurité des réseaux informatiques mais aussi, une plongée dans les systèmes embarqués ainsi que de la physique appliquée, des mathématiques, des notions de russe et d’arabe, de l’anglais, et du sport.

L’ensemble est agrémenté de travaux pratiques sur ordinateurs et en deuxième année de la possibilité de faire un stage dans une école militaire. Ouverture des inscriptions à partir du 20 janvier sur la plateforme Admission post-bac (APB).

A noter, qu’au-delà d’une volonté débordante d’intégrer à l’avenir une quelconque “unité de combat informatique”, les futurs étudiants doivent également bien garder à l’esprit que Saint-Cyr est un lycée militaire, et qu’en tant que tel cela induit, le port de l’uniforme, le suivi une préparation militaire supérieure (PMS) de trois semaines, et le logement en internat.

En Suisse, Uber devra payer des cotisations sociales pour “ses” chauffeurs

 

Selon la Suva, l’une des plus anciennes caisses d’assurance sociale helvétiques, Uber ne peut se soustraire à ses obligations patronales et doit payer des cotisations sociales pour les chauffeurs qui travaillent pour le compte de sa plate-forme. Le groupe Internet américain ne devrait pas en rester là et contester cette décision auprès du Tribunal des assurances sociales du canton de Zurich.

 

Après avoir subi un revers juridique majeur outre-Manche, où un tribunal britannique l’avait condamné à considérer les chauffeurs qui utilisent son application comme des salariés, le groupe Internet Uber doit maintenant affronter la Suva, l’une des plus anciennes caisses d’assurance sociale suisses.

Statuant sur la notion de salariat déguisé, cette structure a en effet récemment décidé qu’il existait bel et bien un lien de dépendance entre Uber et “ses” chauffeurs. En conséquence de quoi, selon la Suva, Uber est un employeur comme un autre, et comme tout employeur ne peut se soustraire à ses obligations patronales, consistant notamment à régler des cotisations sociales pour ses “salariés”.

Le conducteur doit respecter toutes les directives, consignes et recommandations s’il ne veut pas porter la responsabilité d’éventuelles conséquences négatives. Selon la Suva, Uber dispose d’un vaste contrôle sur l’automobiliste. Un chauffeur peut être qualifié d’indépendant s’il peut décider du prix du service et du mode de paiement. Ce qui n’est clairement pas le cas ici, rapporte La Tribune de Genève.

Le groupe Internet ne devrait pas en rester là et choisir de porter l’affaire devant la justice helvétique.


Vous avez aimé cette information? Partagez-là avec vos amis, votre réseau ou votre communauté. Cet article vous a été utile? Il vous a rendu service? NewZilla.NET a besoin de VOUS. Vous pouvez nous aider en faisant un don sécurisé à partir de 1 euro. Cela mérite une explication. On vous dit tout ICI. Merci pour votre soutien et pour votre fidélité à NewZilla.NET.

Diabète / Un projet de montre connectée pour mesurer le taux de glycémie des patients

PK Paris, une start-up française, présente cette semaine au CES 2017 de Las Vegas, la K’Track Glucose, un projet de montrée connectée qui permettrait de mesurer le taux de glucose par simple contact avec la peau.

 

Après la capteur connecté pour mesurer le taux de glycémie des enfants diabétiques (Cf. NewZilla.NET du 18 février 2016), voici venir maintenant la montre connectée. Un prototype prometteur et mis au point par la start-up française PK Paris est présenté cette semaine à l’occasion du CES 2017, qui se tient à Las Vegas.

Ktrack-Glucose-PKParisAujourd’hui, pour établir un relevé précis de son taux de glucose, un patient diabétique doit au quotidien, se prélever une goutte de sang, ensuite analysée dans un glucomètre.

Processus chimique

Grâce à une petite capsule qui se clipse sous la montre, la solution développée par PK Paris promet de déterminer, en une minute, sans douleur et via un processus chimique nécessaire à l’analyse de la peau de mesurer le taux de diabète.

Cette future montre connectée devrait être commercialisée au prix de 199 euros, un prix auquel il faudra ajouter une capsule de 99 euros à renouveler tous les mois. Mais pour l’heure, un certain nombre d’étapes restent à franchir avant la commercialisation de cet appareil. A commencer par la conduite de tests cliniques pour obtenir les homologations nécessaire à la mise sur le marché de la solution.

EN - FR - DE - ES