Revue de presse
Accueil / 2019 / janvier

Monthly Archives: janvier 2019

Les Chiffres Du Net / Année 2019 / Semaine #3

 

Chaque semaine NewZilla.NET revisite l’actualité de la tech en quelques chiffres. A la Une cette semaine : Oxfam, Apple, WhatsApp, Craigslist. 

 

Craigslist, le site de petites annonces lancé en… 1995 par Craig Newmark a réalisé en 2018 un chiffre d’affaires de 1,034 milliard de dollars.

Selon l’ONG Oxfam, 26 milliardaires possèdent à eux seuls autant d’argent que 3,8 milliards d’individus, soit près de la moitié de l’humanité. Parmi eux on retrouve, des héritiers, dont le seul mérite est de s’être donner la peine de naître, mais aussi de grands noms de l’économie internet et de l’industrie du numérique comme Jeff Bezos (Amazon), Bill Gates (Microsoft) ou bien encore Mark Zuckerberg (Facebook).

Pour tenter de lutter contre la diffusion massive de fausses informations (infox, ou fake news…), le service de messagerie instantanée WhatsApp (propriété de Facebook) a décidé de restreindre la possibilité de partager un message à un nombre maximum de 5 personnes. Cette stratégie de l’éléphant dans le magasin de porcelaine, dont le manque de subtilité n’aura échappé à personne, devrait en toute logique également empêcher les médias traditionnels de relayer leurs informations auprès de leur lectorat sur WhatsApp…

Apple aurait remplacé près de 11 millions de batteries d’iPhone en 2018, d’après John Gruber, un blogueur généralement très bien informé sur l’activité du groupe américain. Habituellement ce chiffre se situe entre 1 à 2 millions d’unités par an. Mais sur l’année 2018 Apple avait lancé, pour faire taire une polémique sur le fait qu’il bridait les capacités de certains iPhone afin d’en préserver la batterie vieillissante, un programme exceptionnel de remplacement au tarif “exceptionnel” de 29 euros contre 89 euros habituellement. Une initiative qui aura apparemment remportée un certains succès.


Vous avez aimé cette information? Partagez-là avec vos amis, votre réseau ou votre communauté. Cet article vous a été utile? Il vous a rendu service? NewZilla.NET a besoin de VOUS. Vous pouvez nous aider en faisant un don sécurisé à partir de 1 euro. Cela mérite une explication. On vous dit tout ICI. Merci pour votre soutien et pour votre fidélité à NewZilla.NET.

La CNIL inflige une amende record de 50 millions d’euros à Google pour manque de transparence sur le RGPD

 

Le 21 janvier 2019, la formation restreinte de la CNIL a prononcé une sanction de 50 millions d’euros à l’encontre de Google en application du RGPD pour manque de transparence, information insatisfaisante et absence de consentement valable pour la personnalisation de la publicité.

 

La CNIL (qui attend désormais confirmation de la nomination de sa nouvelle présidente) épingle Google sur la mise en application du RGPD (le règlement européen relatif à la protection des données personnelles).

Les 25 et 28 mai 2018, la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) a reçu des plaintes collectives de l’association None Of Your Business (“NOYB”)  (qui vient par ailleurs de déposer plainte contre Netflix, Amazon, Spotify, YouTube et Apple, et de l’association La Quadrature du Net (“LQDN”).

LQDN était mandatée par près de 10 000 personnes pour saisir la CNIL.

Dans ces deux plaintes, les associations reprochaient à Google de ne pas disposer d’une base juridique valable pour traiter les données personnelles des utilisateurs de ses services, notamment à des fins de personnalisation de la publicité.

La CNIL a immédiatement commencé à instruire ces plaintes.

Afin d’instruire les plaintes dont elle était saisie, la CNIL a procédé en septembre 2018 à un contrôle en ligne. L’objectif était de vérifier la conformité à la loi informatique et libertés et au RGPD des traitements de données personnelles réalisés par Google, en analysant le parcours d’un utilisateur et les documents auxquels il peut avoir accès en créant un compte Google lors de la configuration de son équipement mobile sous Android.

Sur la base des investigations menées, la formation restreinte – chargée de prononcer les sanctions – a constaté deux séries de manquements au RGPD, précise la CNIL dans un communiqué.

rgpd-google-gdpr-cnil

La formation restreinte de la CNIL relève que les informations fournies par Google ne sont pas aisément accessibles pour les utilisateurs. De même, la formation restreinte constate que les informations délivrées ne sont pas toujours claires et compréhensibles.

Le RGPD n'est pas respecté

Pour sa part, Google invoque s’appuyer sur le consentement des utilisateurs pour traiter leurs données à des fins de personnalisation de la publicité. Or la formation restreinte de la CNIL estime que le consentement n’est pas valablement recueilli pour deux raisons.

Tout d’abord, le consentement des utilisateurs n’est pas suffisamment éclairé. L’information sur ces traitements, diluée dans plusieurs documents ne permet pas à l’utilisateur de prendre conscience de leur ampleur.

Ensuite, la formation restreinte constate que le consentement recueilli n’est pas « spécifique » et « univoque ».

Le RGPD n’est pas respecté, relève la CNIL.

En conséquence, la formation restreinte condamne Google à une amende de 50 millions d’euros rendue publique.

C’est la première fois que la CNIL fait application des nouveaux plafonds de sanctions prévus par le RGPD.

Le montant retenu, ainsi que la publicité de l’amende, se justifient d’abord par la gravité des manquements constatés qui concernent des principes essentiels du RGPD : la transparence, l’information et le consentement.

Malgré les mesures mises en œuvre par Google (documentation et outils de paramétrage), les manquements constatés privent les utilisateurs de garanties fondamentales concernant des traitements pouvant révéler des pans entiers de leur vie privée, car reposant sur un volume considérable de données, une grande variété de services et des possibilités de combinaison de données quasi-illimitées.

En outre, les manquements retenus perdurent à ce jour et sont des violations continues du Règlement. Il ne s’agit pas d’un manquement ponctuel, délimité dans le temps, poursuit la CNIL.


Vous avez aimé cette information? Partagez-là avec vos amis, votre réseau ou votre communauté. Cet article vous a été utile? Il vous a rendu service? NewZilla.NET a besoin de VOUS. Vous pouvez nous aider en faisant un don sécurisé à partir de 1 euro. Cela mérite une explication. On vous dit tout ICI. Merci pour votre soutien et pour votre fidélité à NewZilla.NET.

Revue de Presse / Année 2019 / Semaine #3

 

Chaque semaine, dans une logique de partage et de diffusion d’une information de qualité, NewZilla.NET vous propose une sélection des meilleurs articles parus chez nos confrères. Bonne lecture à tous.

 

  • Le projet Google Glass n’était pas un échec (mais pas une réussite non plus…) (Wired)
  • Israël une startup nation en danger ? (MIT)
  • «Nous, journalistes, ne pouvons accepter de devenir les boucs émissaires de la société» par Vincent Lanier / SNJ (Le Monde)
  • L’intégralité des données que récolte Google(Framablog)
  • L’information? Ils n’en ont rien à faire… ou le “factchecking” à la mode Facebook (The Guardian)
  • Mark Zuckerberg doit-il démissionner? (Harvard Business Review)
  • D’« Unreal » à « Fortnite », l’itinéraire mouvementé de Tim Sweeney, première fortune du jeu vidéo (Le Monde)
  • Les réseaux sociaux aussi dangereux que la cocaïne? (Université du Michigan)
  • Masayoshi Son, l’homme le plus puissant de la Silicon Valley (FastCo)
  • Une brève histoire de Goldman Sachs (Quartz)

Vous avez aimé cette information? Partagez-là avec vos amis, votre réseau ou votre communauté. Cet article vous a été utile? Il vous a rendu service? NewZilla.NET a besoin de VOUS. Vous pouvez nous aider en faisant un don sécurisé à partir de 1 euro. Cela mérite une explication. On vous dit tout ICI. Merci pour votre soutien et pour votre fidélité à NewZilla.NET.

27 nouvelles vidéos de Prince mises en ligne sur YouTube

 

Le Kid de Minneapolis est de retour via une chaîne officielle, créée en 2017 et régulièrement alimentée aujourd’hui par ses ayant-droits.

 

Pour tout ce qui touchait à sa production musicale Prince (disparu le 21 avril 2016) était ce qu’il est convenu d’appeler un “control freak “.

“Je ne l’ai jamais dit, avait déclaré Prince en 2014, mais je n’ai pas toujours donné aux maisons de disques la meilleure chanson. Il y a des chansons dans la chambre forte que personne n’a jamais entendues”, expliquait-il.

L’idée de voir apparaître après sa mort sur YouTube plusieurs dizaines de vidéos qu’il n’avait pas jugé bon de rendre public de son vivant lui plairait sans doute à moitié.

Mais ses ayant-droits semblent aujourd’hui faire le choix inverse pour le plus grand bonheur des fans de l’artiste.

Ainsi, en novembre 2017, trois clips extrêmement rares ont été mis en ligne, dont ceux de “Dolphin” et “Rock and roll is alive !”, sortis respectivement en 1995 et en 1996.

Cette vidéo, une reprise du standard de Tommy James & The Shondells qui figure sur l’album “Lotus Flower”, est une rareté qui côtoie d’autres pépites comme “Chocolate Box” (en duo avec Q-Tip) ou encore “Te Amo Corazon”.


Vous avez aimé cette information? Partagez-là avec vos amis, votre réseau ou votre communauté. Cet article vous a été utile? Il vous a rendu service? NewZilla.NET a besoin de VOUS. Vous pouvez nous aider en faisant un don sécurisé à partir de 1 euro. Cela mérite une explication. On vous dit tout ICI. Merci pour votre soutien et pour votre fidélité à NewZilla.NET.

Airbnb a collecté 24 millions d’euros de taxe de séjour en France en 2018

 

Soit presque le double que sur l’année 2017.

 

C’est une obligation légale, il n’y a donc là rien d’exceptionnel, mais année après année le groupe internet Airbnb aime communiquer (car il ne s’agit de rien d’autre) sur les sommes qu’il collecte (désormais de façon automatisée) au titre de la taxe de séjour.

Un peu comme si, en l’espèce, il avait fait un don de 24 millions d’euros à 23 000 villes ou localités en France, alors même qu’il ne joue dans cette affaire qu’un rôle de simple intermédiaire.

Arrivent en tête des plus importants bénéficiaires pour cette année 2018: Paris, à qui la taxe de séjour a rapporté via Airbnb près de 7,5 millions d’euros (pour 65 000 annonces déposées sur le site), Nice (1,1 million d’euros) et Marseille (1 million d’euros).

Viennent ensuite Bordeaux (660.000 euros), Cannes (420.000 euros), Lille, Antibes ou La Rochelle (300.000 euros chacun).

La France est le deuxième marché d’Airbnb derrière les États-Unis, avec 16 millions d’arrivées de voyageurs l’an dernier.

Si Airbnb rentre dans le rang en ce qui concerne la collecte d la taxe de séjour, son rapport à l’impôt (en tout point bien naturellement légal) peut en revanche susciter moins d’enthousiasme.

En 2017, le groupe internet a ainsi payé 161.000 euros en France pour un chiffre d’affaires estimé en à 200 millions d’euros.

La loi Élan (Évolution du logement, de l’aménagement et du numérique) sanctionne la non-collecte de la taxe de séjour par les plateformes de location touristique: celles-ci s’exposent à une amende allant de 750 à 2.500 euros.

En ne transmettant pas le décompte des nuitées durant lesquelles un logement est loué, ou en proposant des résidences principales déjà réservées plus de 120 jours dans l’année, les plateformes s’exposent à une amende pouvant aller jusqu’à 50 000 euros.


Vous avez aimé cette information? Partagez-là avec vos amis, votre réseau ou votre communauté. Cet article vous a été utile? Il vous a rendu service? NewZilla.NET a besoin de VOUS. Vous pouvez nous aider en faisant un don sécurisé à partir de 1 euro. Cela mérite une explication. On vous dit tout ICI. Merci pour votre soutien et pour votre fidélité à NewZilla.NET.