En continu
Accueil / Polaroid / Polaroid ouvre un Fotobar

Polaroid ouvre un Fotobar

Quid de la mémoire numérique? Que deviendront ces milliers de photos, bonnes ou moins bonnes, avec ou sans filtre, aujourd’hui stockées en ligne (mais jamais imprimées)?

 

Pour leur donner vie, Polaroid revient avec un nouveau concept promis à un bel avenir, le Fotobar. Jusqu’à présent, pour faire développer ses photos numériques il fallait, de manière souvent assez impersonnelle, soit envoyer les fichiers à un prestataire sur le Web ou sortir les photos de la carte mémoire de son appareil photo numérique chez un prestataire physique.

Le Fotobar imaginé par Polaroid propose une expérience plus conviviale. Le principe est simple: les clients ont certes la possibilité d’imprimer leurs clichés stockés sur leur smartphone, sur Facebook ou sur Picasa (le service de photo en ligne de Google) mais pas seulement.

Le Fotobar Polaroid propose également des stations de travail (avec retouche de la luminosité, des contrastes et quelques filtres) mais aussi une kyrielle de supports d’impression parfois étonnants.

Cela va du simple encadrement au métal, en passant par l’acrylique ou le bambou. Evidemment, dans les deux derniers cas on ne parle pas ici d’impression-minute mais plutôt dans les 72 heures. Un studio animé par des « phototenders » (équivalent photographique du « bartender », le barman américain voire du Genius Bar de l’Apple Store) est également disponible. En clair, Polaroid s’est donné pour mission de « libérer » coûte que coûte vos photos numériques.

Après avoir engagé une certaine Lady Gaga pour assurer sa promotion, la marque pionnière de la photo instantanée continue de se réinventer. Polaroid pense aujourd’hui avoir identifié un nouveau marché porteur. « Tous les jours dans le monde, les gens prennent 1,5 milliard de photos numériques », explique dans un communiqué Warren Struhl, fondateur et PDG de Fotobar. « Et avec la qualité des nouveaux smartphones, cela n’est pas prêt de s’arrêter ».

Le premier Fotobar ouvrira le mois prochain à Delray Beach (Floride). D’autres implantations devraient suivre en 2013, notamment à New York, Las Vegas et Boston.

A lire aussi

Uber-NY-New-York

A New York, Uber reconnait avoir “sous-payé” ses chauffeurs pendant plusieurs mois

Une “erreur comptable” aurait ainsi permis au groupe Internet “d’économiser” plusieurs dizaines de millions de dollars, mais Uber a assuré qu’il allait rembourser aux chauffeurs concernés les sommes non perçues.

Vegas-solaire-cinétique

A Las Vegas, l’éclairage public fonctionne à l’énergie solaire et à l’énergie cinétique

Depuis plusieurs mois la ville teste des éclairages publics complètement déconnectés du réseau électrique et qui ne fonctionnent que grâce à l’énergie solaire et plus original encore, grâce à l’énergie cinétique c’est-à-dire à une énergie captée, transformée, et générée par les pas des passants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.