Accueil / ebook / A Bexar (Texas), la première BiblioTech sans livre

A Bexar (Texas), la première BiblioTech sans livre

PARTAGER CET ARTICLE
BEXAR (Etats-Unis) – Nelson Wolff, juge du comté de Bexar au Texas, est un bibliophile. Sa collection personnelle est riche de plus d’un millier d’éditions originales. C’est donc tout naturellement que Nelson Wolff s’est vu confier le projet de la nouvelle bibliothèque publique de Bexar dont l’ouverture est prévue pour l’automne prochain.

 

Seulement voilà, comme le rapporte le site d’informations locales MySanAntonio.com, pour Nelson Wolff le livre tel qu’il est aujourd’hui édité et publié a quelque peu perdu de son cachet. Résultat, Nelson Wolff, dont la biographie de Steve Jobs, (signée Walter Isaacson) est un des livres de chevet, a imaginé une bibliothèque publique…sans livre, la première du genre.

Un espace sans livre, très fortement inspiré du concept de l’Apple Store, mais équipé de beaucoup d’ordinateurs. “L’idée n’est pas de remplacer la bibliothèque actuelle mais de l’améliorer” souligne Nelson Wolff. “Il faut sortir du papier. Ce ne  sera pas un espace “adapté à” mais plutôt “conçu pour” l’ère numérique”.

Une bibliothèque publique sans livre, aux Etats-Unis l’idée n’est pas nouvelle. Plusieurs tentatives ont déjà été faites, mais à chaque fois (à Newport Beach -Californie- et Tucson -Arizona- notamment) les autorités ont du renoncer face aux concerts de protestations du public. Plusieurs villes comme San Antonio (Texas) proposent déjà des livres numériques en complément de l’édition papier.

A la future BiblioTech de Bexar, les lecteurs pourront faire leur choix et emprunter pour une quinzaine de jours (non pas des livres) mais une centaine de liseuses électroniques, rechargées pour la durée de l’emprunt. Budget de départ du projet, 250 000 dollars pour un catalogue de 10 000 références.

A lire aussi

Batterie d’iPhone: 8 blessés légers et un Apple Store évacué à Zurich

C'est l'histoire d'une tentative de dépannage "express" qui tourne mal.

Pour Tim Cook (P-DG d’Apple), c’est un jet privé sinon rien!

Le dirigeant américain est obligé de se déplacer en avion privé, pas forcément par plaisir, mais "pour des raisons de sécurité", selon des documents boursiers consultés par un journaliste de l'AFP. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.