Revue de presse
Accueil / Décryptage / Un hacker affirme avoir truqué l’élection présidentielle mexicaine de 2012

Un hacker affirme avoir truqué l’élection présidentielle mexicaine de 2012

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Cet homme de 31 ans purge actuellement une peine de 10 ans de prison en Colombie. Dans un entretien accordé à Bloomberg, il explique avoir participé pendant huit ans à toutes sortes de manipulations et d’attaques informatiques à l’occasion d’élections politiques organisées au Venezuela, au Nicaragua, au Panama, au Honduras, au Salvador, au Costa Rica, au Guatemala et… au Mexique.

 

Andrés Sepùlveda est emprisonné en Colombie. L’homme, qui a la double casquette de hacker et de consultant politique, a pris 10 ans pour des faits de piratage informatique à l’occasion de la dernière campagne présidentielle qui s’est tenue dans ce pays en 2014.

Il a été victime de plusieurs tentatives de meurtre, alors il a décidé de parler. Et parler, pour lui, c’est évoquer de manière assez spectaculaire dans un entretien accordé à Bloomberg, la façon dont il aurait contribué à truquer l’élection présidentielle de 2012 au Mexique, un scrutin marqué par la victoire d’Enrique Pena Nieto.

Installation de malwares au QG de campagne des opposants politiques (pour pouvoir contrôler en temps réel téléphones et ordinateurs), vol de données informatiques, création d’une “armée virtuelle” de faux-comptes Twitter bien en amont de la campagne présidentielle, ainsi que de 30 000 bots Twitter chargés d’orienter la discussion sur le réseau social (via des “likes” ou des “follows”) à l’occasion de tel ou tel évènement, ou de propager de fausses rumeurs…

Un budget de 600 000 dollars

Pour tous ces méfaits, Andrés Sepùlveda affirme avoir disposé d’un budget conséquent de 600 000 dollars. “Quand je me suis rendu compte que les gens croyaient plus ce qui était sur Internet, que la réalité, je réalisé que je pouvais leur faire croire pratiquement n’importe quoi”, explique-t-il à Bloomberg.

Andres-Sepulveda-BloombergSelon lui, aucun des responsables politiques directement bénéficiaires de ces méfaits, n’étaient au courant de la mise en place d’une telle stratégie. Tout passant par l’entremise de consultants politiques et notamment d’un certain Juan José Rendon, basé à Miami.

Celui-ci rejette formellement toutes ces allégations. Interrogé par The Guardian, il reconnait cependant avoir été, une fois, vaguement en contact avec Andrès Sepùlveda en 2005 pour une histoire de design d’un site Internet, et il met par ailleurs au défi Bloomberg et Sepùlveda (qui affirme avoir détruit la plupart des preuves), d’apporter la preuve de son implication dans cette affaire (par des courriels ou des séquences vidéos).

Ce faisant on se demande tout de même si Juan José Rendon ne va pas un peu trop loin dans les dénégations quand il affirme (en 2016): Est-ce que l’on peut vraiment changer l’opinion des gens grâce aux réseaux sociaux? En Ukraine ou en Syrie peut-être. Mais ici, sur le continent américain, où il y a la télévision, une presse libre, et où l’on fait beaucoup de porte-à-porte pendant les campagnes électorales, je ne crois pas que cela ait une réelle influence…”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.