Accueil / Amazon / Cannes 2016, un festival aux couleurs d’Amazon

Cannes 2016, un festival aux couleurs d’Amazon

PARTAGER CET ARTICLE
Avec cinq films présentés pendant la quinzaine, l’édition 2016 du Festival de Cannes marque l’entrée aussi spectaculaire que symbolique du groupe Internet dans l’industrie du cinéma.

 

Amazon (107 milliards de dollars de chiffre d’affaires en 2015) est-il en train de devenir l’un des nouveaux grands noms de l’industrie du cinéma? La question ne se pose déjà plus à l’aune du programme qui nous est proposé cette année par le Festival de Cannes, la référence mondiale du cinéma d’auteur (mais pas que…).

Que l’on en juge: pour cette édition 2016 ce ne sont pas moins de cinq films produits par Amazon qui seront à l’affiche. Du Cafe Society de Woody Allen, à Paterson et Gimme danger de Jim Jarmusch, en passant par The Handmaiden de Park Chan-wook ou The Neon Demon de Nicolas Winding Refn, tous se retrouvent aujourd’hui à concourir sous les couleurs d’Amazon.

En exclusivité sur Amazon Prime

Un Amazon producteur, mais aussi distributeur de films en salles puis sur sa plate-forme de VOD Amazon Prime! “Nous voulons travailler avec des cinéastes dont on parlera encore des films dans trois ans”, déclarait récemment à Variety, Ted Hope le patron de la branche cinéma d’Amazon.

En plus des quatre grands noms de réalisateurs déjà cité, et de Spike Lee (dont NewZilla.NET vous parlait en juillet 2015), notons également les productions à venir de Love and friendship de Whit Stillman et de Wonderstruck de Todd Haynes.

A lire aussi sur NewZilla.NET

Netflix-VPN

Netflix continue de creuser sa dette

Face à l’arrivée imminente de nouveaux concurrents sur le marché de la SVOD, Netflix n’en finit pas engranger de nouveaux abonnés et poursuit sa fuite en avant financière supposée mener le groupe internet à la rentabilité. La prise de risque est maximum.

reconnaissance-faciale

85 ONG américaines demandent à Amazon, Google et Microsoft de ne pas mettre leurs technologies de reconnaissance faciale à la disposition des Etats

Ces organisations, dont l’ACLU (Union américaine pour les libertés civiles) demande à ces trois géants de l’industrie du numérique qu’ils prennent des engagements fermes et s’engagent pour la défense des droits humains et des libertés publiques

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.