En continu
Accueil / NewZilla.NET / Liftware, la cuillère anti-Parkinson de Google (VIDEO)

Liftware, la cuillère anti-Parkinson de Google (VIDEO)

PARTAGER CET ARTICLE
Ces couverts d’un nouveau type adaptés aux personnes atteintes de tremblements ont été développés par Liftware, une start-up évoluant dans la galaxie Google.

 

Pour la plupart d’entre nous, bouger, courir, se saisir d’un objet ou simplement manger sont des éléments naturels du quotidien. Mais pour beaucoup de personnes ce qui nous apparait comme de simples petits gestes, relève de l’exploit.

Pour ces populations qui souffrent parfois d’une maladie de naissance ou qui s’est développée avec le temps (comme pour la maladie de Parkinson) le quotidien est une épreuve de chaque instant.

Racheté en septembre 2014 par Google, Lift Labs a développé Liftware une cuillère (transformable en fourchette ou en porte-clé) anti-tremblements contre la maladie de Parkinson. Un objet qui pourrait changer la vie des malades.

Liftware-smart-fork-spoon-parkinson-google

Cette cuillère, à batterie rechargeable permet de stabiliser les gestes d’une personne atteinte de la maladie de Parkinson grâce à la présence de capteurs dans le manche qui détectent les tremblements et émettent des pressions inverses. Résultat, une diminution des tremblements de 70%.

Google et plus encore sa maison mère Alphabet sont aujourd’hui très investis dans le domaine de la recherche médical, à commencer par la lutte contre la maladie de Parkinson dont est atteinte la mère de Sergey Brin, l’un des co-fondateurs de Google.

Lui-même porteur porteur du gène LRRK2, Sergey Brin est considéré comme étant une personne à risque susceptible de développer cette maladie. Alors que 1% des Américains en moyenne pourraient avoir la maladie de Parkinson, les risques atteignent 30 à 75% chez les porteurs du gène LRRK2.

Les couverts Liftware sont disponibles au prix de 35 à 195 dollars selon les éléments. D’autres solutions similaires comme celles développée par Gyenno sont également commercialisées.

 

A lire aussi

Google veut enterrer les sites en HTTP

La version… 68 de Chrome, le navigateur Internet, dont la sortie est prévue au mois de juillet prochain, devrait signaler le cas échéant aux internautes et aux mobinautes qu’ils s’apprêtent à visiter un site en HTTP et non en HTTPS, c’est-à-dire un site qui, potentiellement, ne protège pas suffisamment selon Google les données de ses utilisateurs.

Facebook et Google misent sur l’information locale

Le premier, englué dans la controverse autour des “fake news”, tente de se recentrer en re-donnant la priorité à la diffusion d’une information de proximité, supposément plus fiable. Le second lance Bulletin, une application destinée à susciter et à encourager la production d’un “journalisme citoyen”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.