Accueil / Culture / La Musique brûle et Universal Music regarde ailleurs

La Musique brûle et Universal Music regarde ailleurs

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

 

Selon une enquête du New York Times, l’incendie qui a ravagé les studios Universal à Hollywood en 2008, a détruit plusieurs centaines de milliers d’enregistrements musicaux. Une catastrophe culturelle et patrimoniale que le groupe Universal Music s’est appliqué à passer sous silence pendant près de 11 ans.

 

Billie Holiday, Louis Armstrong, John Coltrane, Aretha Franklin, Chuck Berry, Ray Charles, Elton John, Eric Clapton, Nirvana, Snoop Dogg, Tupac, Eminem, R.E.M, Joan Baez, Janet Jackson, 50 Cent, Bill Haley, Buddy Holly, Duke Ellington, Judy Garland…

Qu’ils soient morts ou vivants, tous ces artistes ont un point en commun, une partie, parfois conséquente, de leur création est aujourd’hui perdue à jamais, disparue, dans l’incendie qui a ravagé les studios Universal à Hollywood en 2008.

Et pourtant, cet épisode dramatique, ce que le New York Times qualifie ce week-end dans une longue enquête de “plus grand désastre de l’histoire de la musique”, aurait presque pu passer inaperçu tant, le propriétaire des lieux, le groupe Universal, s’est acharné à en taire la réalité pendant près de 11 ans.

500 000 titres perdus à jamais

Selon le New York Times, dès 2009, Universal avait pourtant pris la pleine mesure de la catastrophe.

Dans un rapport confidentiel, le groupe estimait cette perte à 500 000 titres de son catalogue, parmi lesquels nombre de masters (des enregistrements originaux, dont la disparition définitive devrait empêcher à jamais la ré-édition des morceaux concernés).

Universal-Music-Group-UMG

Dans le hangar dévasté par les flammes se trouvait un espace isolé d’un peu plus de 220 m² où des étagères de cinq mètres de haut abritaient des enregistrements uniques.



Il s’agissait là d’un fonds “composé de certains des enregistrements les plus historiquement importants que possède UMG, la plus grande compagnie de disques du monde”, relève le quotidien américain, qui s’interroge par ailleurs sur les responsabilités à rechercher dans ce désastre.

Ainsi que sur l’attitude d’Universal Music Group, le “jour où la Musique a brûlé”, ce jour où une grande partie de la musique du XXème siècle est partie en fumée.


Vous avez aimé cette information? Partagez-là avec vos amis, votre réseau ou votre communauté. Cet article vous a été utile? Il vous a rendu service? NewZilla.NET a besoin de VOUS. Vous pouvez nous aider en faisant un don sécurisé à partir de 1 euro. Cela mérite une explication. On vous dit tout ICI. Merci pour votre soutien et pour votre fidélité à NewZilla.NET.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.