En continu
Accueil / Edito / Google, une prune et des bonus

Google, une prune et des bonus

PARTAGER CET ARTICLE
Google (50,2 milliards de dollars de chiffre d’affaires en 2012) vient d’accepter de payer une amende de 7 millions de dollars pour avoir illégalement collecté des données personnelles d’internautes. Voilà qui donne à réfléchir…

 

“Data is the new oil” (comprenez, “les données personnelles c’est le nouveau pétrole, le carburant de l’économie numérique”). Ceci n’est pas une simple pensée d’éditorialiste de café du commerce, mais nous vient tout droit d’une déclaration de Neelie Kroes, commissaire européenne en charge de la Société numérique. Vue l’importance du sujet et de la matière on pourrait donc s’attendre à ce qu’un vol de carburant (fut-il numérique), doublée d’une violation de la vie privée, en l’espèce la captation frauduleuse de données personnelles, soit punie de la manière la plus exemplaire qui soit.

Un datacenter chez Google

Que nenni !!! Aujourd’hui qu’il s’agisse d’un réseau de hackers (qui expose au tout venant les données personnelles de tel ou tel internaute), d’une multinationale japonaise qui voient fuiter les données des membres de son service de jeux en réseau sur le Net, ou d’un géant de la high-tech qui se permet (par égarement technologique) de collecter en toute illégalité (et à leur insu) les données de milliers d’internautes la réprimande ne dépasse guère plus le stade du “petit coup de règle sur les doigts”.

Dernier exemple en date, Google. Avec son programme Street View, le groupe américain a collecté en toute illégalité et plusieurs années durant (de 2008 à 2010 aux Etats-Unis) des informations personnelles d’internautes. Ces données personnelles étaient récupérées par les voitures du programme Street View (censées uniquement prendre des photos pour les services de géolocalisation de Google), via des réseaux non sécurisés et sans l’accord du public concerné.

En clair, si un véhicule Google Street View passait dans votre rue au moment où vous surfiez sur Internet avec une connexion Wi-Fi non sécurisé il y a de grandes chances pour qu’il ait été en mesure de collecter (par mégarde) vos identifiants, vos e-mails et vos mots de passe. En mars 2011, en France, la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) avait condamné Google à une amende de 100 000 euros.

Cette fois-ci aux Etats-Unis le géant de l’Internet risquait plus gros, à savoir faire face à des poursuites judiciaires engagées par 38 Etats américains. Pour éviter le procès Google s’est engagé à payer 7 millions de dollars d’amende ainsi qu’à détruire les informations collectées. Dans le même temps on apprenait que le groupe Internet allait cette année verser 15 millions de dollars de bonus à quatre de ses dirigeants pour services rendus (en 2012).

Question : au-delà du cas Google, une amende de 7 millions de dollars (sans parler des crédits papéterie de la CNIL) est-elle sérieusement à même d’infléchir la politique d’un groupe dont le chiffre d’affaires flirtait en 2012 avec les 50 milliards de dollars? Poser la question, c’est malheureusement un peu avoir la réponse…

Philippe CROUZILLACQ

A lire aussi

chrome-google-adblocker-bloqueur-de-publicites

Google intègre un bloqueur de publicités à son navigateur Chrome

Comme annoncé depuis plusieurs mois, Google a mis en place jeudi 15 février un bloqueur de publicités sur son navigateur Chrome. Mais cette extension ne concerne pas tous les formats publicitaires et Google continuera à gagner des dizaines de milliards de dollars par an grâce à la publicité en ligne.

Google veut enterrer les sites en HTTP

La version… 68 de Chrome, le navigateur Internet, dont la sortie est prévue au mois de juillet prochain, devrait signaler le cas échéant aux internautes et aux mobinautes qu’ils s’apprêtent à visiter un site en HTTP et non en HTTPS, c’est-à-dire un site qui, potentiellement, ne protège pas suffisamment selon Google les données de ses utilisateurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.