En continu
Accueil / Impression 3D / New York veut contrôler l’impression 3D des armes à feu

New York veut contrôler l’impression 3D des armes à feu

PARTAGER CET ARTICLE
NEW YORK (Etats-Unis) – L’impression 3D. Prochaine révolution industrielle pour les uns. Promesse de chaos pour les autres.

 

A commencer par le Département de la Sécurité Intérieure américain, qui s’inquiétait récemment du risque de prolifération (incontrôlable) d’armes imprimées en 3D.

Des armes parfaitement indétectables car ne contenant aucune pièce métallique, et dont les modèles 3D circulent aujourd’hui librement sur Internet notamment, via des canaux comme The Pirate Bay.

3DGun

Tout a débuté il y a quelques semaines par la mise en ligne du “Liberator”, un modèle d’arme 3D à imprimer chez soi, tout droit sorti de l’imagination de Cody Wilson et de Defense Distributed, une société créée dans le but de permettre la diffusion la plus large possible des armes à feu.

Aujourd’hui la ville de New York se mobilise pour tenter d’endiguer un phénomène qui à terme pourrait sérieusement menacer la sécurité publique. L’Etat de New York planche sur une loi qui interdirait la création, la vente, et l’usage des ces objets créés par un particulier.

Selon le site ComputerWorld, la ville de New York souhaite à son tour réguler la création d’armes, de munitions et de chargeurs. Et limiter l’impression d’armes 3D et d’objets assimilés aux armuriers. Ceux-ci disposant d’un délai de 72 heures pour avertir la police de l’impression de tels objets.

A lire aussi sur NewZilla.NET

Airbnb-new-york-ny-lobbying

New York oblige Airbnb à communiquer les noms et adresses de ses “hôtes”

De son côté, le groupe Internet réagit en accusant la mairie de New York de corruption et en publiant une liste des membres du conseil de la mairie de New York qui auraient reçu des centaines de milliers de dollars en contributions de campagne de la part de l’industrie hôtelière.

Le Metropolitan Museum of Art verse 375 000 œuvres dans le domaine public

Placées sous licence Creative Commons Zero, les versions numérisées de ces oeuvres d’art, peuvent désormais être librement et gratuitement téléchargées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.