En continu
Accueil / Amazon / AWS d’Amazon, leader du cloud computing et roi des pollueurs

AWS d’Amazon, leader du cloud computing et roi des pollueurs

PARTAGER CET ARTICLE
Politique d’optimisation fiscale, conditions de travail parfois critiques, Amazon est décidément une entreprise bien sympathique. Mais si encore il n’y avait que cela…

 

Selon le dernier rapport “Clicking Clean: How Companies are Creating the Green Internet”, publié par Greenpeace sur Internet et les énergies propres, Amazon Web Services, la filiale dédiée au cloud computing d’Amazon, et par ailleurs numéro mondial du secteur, est aussi l’une des sociétés dont les activités et la politique énergétique comptent parmi les plus polluants du marché.

AWS compte parmi ses clients des sociétés ou des start-up comme Netflix, foursquare, Pfizer, Reddit, Adobe, Spotify, SAP, Pinterest, Airbnb, Nokia, Shazam ou Thomson Reuters.

Or selon Greenpeace si les géants de l’industrie high-tech comme Facebook, Google, Yahoo! ou Apple (qui pourtant partait de très loin), mais aussi Rackspace, Box ou Salesforce, ont consenti des investissements substantiels dans les énergies propres ou renouvelables ces deux dernières années, AWS reste focalisé sur l’efficacité énergétique, et la réduction des coûts pour rester compétitif, en se souciant comme d’une guigne de l’impact de ses activités sur l’environnement.

Greenpeace_cloud-computing

Dans un registre similaire, Twitter ne fait pas mieux non plus souligne Greenpeace. Tout ceci pose question surtout si l’on considère que l’activité de l’Internet ira inévitablement croissant et que la gestion des datacenters représente déjà 2% de la consommation totale d’énergie aux Etats-Unis.

Le précédent rapport de Greenpeace était paru il y a deux ans. Pour sa dernière livraison l’organisation écologiste a passé en revue 19 des plus grands acteurs de l’industrie high-tech et l’activité de plus de 300 datacenters.

A lire aussi

Les employés d’Amazon devront-ils bientôt porter un bracelet électronique?

L’entreprise américaine vient d'obtenir l'approbation de deux brevets concernant un bracelet électronique qui, s’il était porté par les employés d’Amazon, permettrait de détecter les mouvements des mains et leurs activités dans les entrepôts du groupe.

Amazon solde son contentieux fiscal avec la France

Après l’Italie, où le groupe américain a accepté au mois de décembre 2017 de verser 100 millions d'euros aux services fiscaux locaux, Amazon annonce avoir conclu un accord avec l’administration fiscale française.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.