Accueil / Droit / Le “revenge porn”, ou vengeance pornographique, bientôt passible de 2 ans de prison

Le “revenge porn”, ou vengeance pornographique, bientôt passible de 2 ans de prison

PARIS (France) – Les députés ont tranché. L’Assemblée nationale a adopté jeudi 21 janvier 2016 un amendement prévoyant que le « revenge porn », ou « vengeance pornographique », puisse être passible de deux ans de prison et de 60.000 euros d’amende.

 

Cet amendement s’inscrit dans le cadre du projet de loi “pour une République numérique” . Il était défendu par la députée socialiste Catherine Coutelle. Il vise « le fait de transmettre ou de diffuser sans le consentement exprès de la personne, l’image ou la voix de celle-ci, prise dans un lieu public ou privé, dès lors qu’elle présente un caractère sexuel ». Sexisme et réseaux faisant malheureusement souvent trop bon ménage, la parlementaire a rappelé « qu’une adolescente sur quatre a déclaré avoir été victime d’humiliation ou de harcèlement en ligne ».

RevengeLa députée socialiste Colette Capdevielle, avocate de profession, a pour sa part, raconté dans l’hémicycle avoir reçu après les débats en commission des Lois un message d’une mère célibataire d’une adolescente de 16 ans, filmée à son insu, et ayant reçu plus de 250 messages d’insulte, indique l’AFP.

Un phénomène inquiétant

Inconnu il y a encore quelques années, la vengeance pornographique dite aussi “revenge porn”, est un phénomène sociologique qui, notamment avec la montée en puissance de l’utilisation des smartphones conjuguée avec un engouement certain pour les réseaux sociaux, prend aujourd’hui une ampleur inquiétante.

En 2007, la nageuse française Laure Manaudou avait vu quelques unes de ses photos intimes fuiter sur le Net. Elle avait elle-même soupçonné l’un de ses anciens petit ami d’être à l’origine de ses fuites. Une divulgation d’information à caractère privé bientôt punie, dans le pire des cas, de 2 ans de prison et de 60.000 euros d’amende.

A lire aussi

revenge-porn-facebook

L’idée saugrenue de Facebook pour lutter contre le “revenge porn”

Pour tenter d’endiguer cette pratique qui consiste à diffuser en ligne des photos intimes de personnes sans leur consentement, Facebook propose au internautes de leur envoyer au préalable certaines de leurs photos intimes pour pouvoir en bloquer plus facilement la diffusion sur le réseau social.

hemicycle-IVG-avortement-Assemblee-nationale

Le Parlement adopte définitivement le délit d’entrave numérique à l’IVG

La mesure a été votée à main levée à l'Assemblée nationale. Les députés LR dénoncent "une atteinte à la liberté d'expression" et vont déposer un recours devant le Conseil constitutionnel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.