En continu
Accueil / Droit / Le Conseil d’Etat dit OUI à la géolocalisation (localisation et disponibilité) des VTC

Le Conseil d’Etat dit OUI à la géolocalisation (localisation et disponibilité) des VTC

PARTAGER CET ARTICLE

On imagine par avance la bronca que cette décision va susciter chez les taxis! Dans une décision rendue publique ce mercredi 9 mars 2016, le Conseil d’Etat a estimé qu’il était contraire au droit communautaire d’interdire, avant la réservation, la géolocalisation (localisation et disponibilité) des VTC (véhicules de tourisme avec chauffeur).

La haute juridiction avait été saisie sur ce point, notamment par le groupe Internet Uber. Celui-ci contestait un décret d’application du 30 décembre 2014 qui relativement à la loi Thévenoud du 1er octobre 2014 réglementant le transport de personnes en France, interdisait “aux VTC d’informer les clients, avant la réservation, de la localisation et de la disponibilité d’un véhicule“.

Selon le Conseil d’Etat, cette interdiction  “constituait une exigence visant l’accès à un service de la société de l’information”, et aurait dû en tant que telle faire l’objet d’une information préalable de la Commission européenne au titre d’une directive de 1998. Ce qui n’a pas été le cas.

A lire aussi sur NewZilla.NET

Uber se retire du Maroc

Après la Chine, après la Russie, et peut-être (selon des rumeurs persistantes) avant l’Inde, le sud-est asiatique et le reste de l’Afrique, le groupe Internet a choisi de se retirer (officiellement à titre temporaire) du Maroc.

Uber a perdu 4,46 milliards de dollars en 2017

Depuis 2015, les pertes cumulées du groupe Internet atteignent près de 9 milliards de dollars.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.