En continu
Accueil / Droit / Le Conseil d’Etat dit OUI à la géolocalisation (localisation et disponibilité) des VTC

Le Conseil d’Etat dit OUI à la géolocalisation (localisation et disponibilité) des VTC

On imagine par avance la bronca que cette décision va susciter chez les taxis! Dans une décision rendue publique ce mercredi 9 mars 2016, le Conseil d’Etat a estimé qu’il était contraire au droit communautaire d’interdire, avant la réservation, la géolocalisation (localisation et disponibilité) des VTC (véhicules de tourisme avec chauffeur).

La haute juridiction avait été saisie sur ce point, notamment par le groupe Internet Uber. Celui-ci contestait un décret d’application du 30 décembre 2014 qui relativement à la loi Thévenoud du 1er octobre 2014 réglementant le transport de personnes en France, interdisait « aux VTC d’informer les clients, avant la réservation, de la localisation et de la disponibilité d’un véhicule« .

Selon le Conseil d’Etat, cette interdiction  « constituait une exigence visant l’accès à un service de la société de l’information », et aurait dû en tant que telle faire l’objet d’une information préalable de la Commission européenne au titre d’une directive de 1998. Ce qui n’a pas été le cas.

A lire aussi

uber

Uber (toujours) dans le rouge

Le groupe Internet a encore perdu 708 millions de dollars au premier trimestre 2017, et va devoir recruter un nouveau directeur financier, en remplacement de Gautam Gupta, qui a décidé de quitter Uber pour rejoindre… une start-up.

Uber-NY-New-York

A New York, Uber reconnait avoir “sous-payé” ses chauffeurs pendant plusieurs mois

Une “erreur comptable” aurait ainsi permis au groupe Internet “d’économiser” plusieurs dizaines de millions de dollars, mais Uber a assuré qu’il allait rembourser aux chauffeurs concernés les sommes non perçues.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.