Accueil / Données personnelles / Sanford Wallace, 30 mois de prison pour 27 millions de spams

Sanford Wallace, 30 mois de prison pour 27 millions de spams

Cet Américain de 47 ans résidant à Las Vegas (Nevada), vient d’être condamné à 2 ans et demi de prison et 310 629 dollars d’amende pour avoir envoyé en 2008 et 2009 plus de 27 millions de spams sur Facebook.

 

Celui qui s’était lui-même surnommé le « roi du spam » dort aujourd’hui en prison. Sanford Wallace, un Américain de 47 ans résidant à Las Vegas (Nevada) vient en effet d’écoper de 30 mois de prison (une peine assez légère pour un tribunal américain) pour avoir envoyé en 2008 et 2009 plus de 27 millions de spams aux utilisateurs du réseau social Facebook.

Le message type contenait un lien vers un site Internet tiers, qui, si l’on cliquait dessus vous dérobait votre identifiant Facebook ainsi que votre la liste de vos amis sur le réseau social. Les informations recueillies venant enrichir la base de données du cyber-criminel.

Sanford Wallace, spammeur depuis 1991

Outre sa peine de prison, Sanford Wallace devra aussi s’acquitter d’une amende de 310 629 dollars. Il faut dire que ce « roi-du-spam » n’en était pas à sa première campagne.

L’homme est connu pour avoir débuté ses activités dès 1991 en inondant les télé-copieuses (ou fax) de l’époque de dignes ancêtres de nos spams actuels. Et au fil du temps, ces activités des plus lucratives lui ont également valu d’être poursuivi en justice, par des groupes Internet tels que Facebook, MySpace ou AOL.

A lire aussi

donations-facebook

Facebook, réseau social à but non lucratif

Enfin, pas tout à fait quand même... Mais, à partir du 25 septembre, Facebook commencera à déployer en France et en Europe plusieurs fonctionnalités dédiées au don à caractère caritatif. Une bonne nouvelle pour les ONG et autres organisations humanitaires. 

Facebook-copyright

Comment Facebook veut séduire l’industrie musicale

Le réseau social serait actuellement en négociation avec les principaux acteurs de l'industrie musicale pour permettre à ses utilisateurs d'inclure "librement" (et sans risque de procès pour violation de la propriété intellectuelle), des musiques et des chansons dans les vidéos qu'ils mettent en ligne sur Facebook.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.