En continu
Accueil / Chine / Nos services Internet et leurs équivalents chinois (2ème partie)

Nos services Internet et leurs équivalents chinois (2ème partie)

La Chine, 705 millions d’internautes et de mobinautes, et accessoirement quelques applications qui préfigurent ce que sera l’Internet de demain, une fois dépassées les limites de la Grande Muraille. Petite revue de détail établie par le cabinet spécialisé iResearch.

 

WhatsApp et WeChat. En plus d’être une simple application « messenger », WeChat intègre des jeux, des services de livraison de repas, de commande de taxis, de paiement en mode peer-to-peer, de produits financiers et d’achats intégrés dans l’application. En clair, pour les Chinois, WeChat, plus qu’une application est un véritable petit Internet. L’immersion est donc totale.

Pinterest et Huaban. Ce service fonctionne en tout point comme Pinterest à ceci près qu’il offre pleinement la possibilité aux artistes et aux designers et de gérer et de mettre au mieux en avant leur travail.

Spotify et Kugou ou QQ Music. Des concerts diffusés en direct, une fonctionnalité « karaoke », un mode « Shazam-like » de reconnaissance des chansons, font de Kugou un service plus convivial et plus évolué que Spotify. Quant à QQ Music (propriété du groupe Tencent), il est très populaire auprès des Chinois qui y voient une possibilité d’écouter en streaming et de télécharger de la musique gratuitement.

China-Apps-2

Airbnb et Tujia. Cet équivalent d’Airbnb a la réputation de visiter tous les appartements mis à disposition sur sa plate-forme et de n’autoriser que la diffusion de photos « certifiées ».

Apple Pay et Alipay ou WeChat Pay (Weixin Pay) Ces services offrent la possibilité de régler à peu près n’importe quoi du bouquet de fleurs à la note d’hôpital et proposent également dans certains cas le transfert d’argent sécurisé en mode peer-to-peer.

A lire aussi

Chine

#Biométrie / La Chine va prélever les empreintes digitales des visiteurs étrangers

Cette mesure entre en application vendredi 10 février à l'aéroport international de Shenzen. Elle sera étendue à l'ensemble du pays à la fin de l'année 2017.

La Chine s’attaque aux VPN

Le gouvernement de Pékin part en guerre contre les logiciels qui permettent d’utiliser des VPN (“virtual private network”) et de contourner la censure qui sévit dans le pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.