Accueil / Fake news / Quand le co-fondateur de LinkedIn finance “par erreur” un projet de “fake news”

Quand le co-fondateur de LinkedIn finance “par erreur” un projet de “fake news”

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

 

Selon le New York Times qui révèle l’affaire, Reid Hoffman, co-fondateur de LinkedIn (le réseau social professionnel désormais propriété de Microsoft), aurait versé 750 000 dollars à l’American Engagement Technologies, et contribué ainsi indirectement à la mise en place d’une stratégie secrète de diffusion de “fake news” à l’occasion d’une récente campagne électorale en… Alabama.

 

Reid Hoffman est désolé et jure que l’on n’y reprendra plus. Ce milliardaire de la Silicon Valley, co-fondateur du réseau social professionnel, LinkedIn, vient en effet de publier une lettre d’excuses suite aux révélations d’une enquête du New York Times.

Le quotidien américain mettait en cause Reid Hoffman et l’accusait d’avoir indirectement financé une expérimentation liée à l’impact de la diffusion de “fake news” dans la toute dernière campagne électorale pour l’élection des sénateurs représentant au Congrès des Etats-Unis, l’Etat d’Alabama.

En pratique, Reid Hoffman, soutien affiché du parti démocrate, aurait versé 750 000 dollars à une organisation dirigée par Mikey Dickerson – un ancien ingénieur de Google -, l’American Engagement Technologies.

Stratégie de déstabilisation 
Reid Hoffman, co-fondateur de LinkedIn (Crédit CC / JD Lasica).

 

Cette structure aurait ensuite financé les recherches d’un institut spécialisé en cybersécurité, baptisé New Knowledge, qui aurait utilisé ces fonds pour étudier l’impact de la diffusion de “fake news” dans une campagne électorale, en produisant lui-même (et c’est ce qui pose problème) des “fake news” inspirée des méthodes de manipulation russes, pour déstabiliser et faire battre le candidat républicain au Sénat, Roy Moore.

Accusations d'ingérence

Le projet consistait en partie à créer des “fake news” faisant croire que le candidat républicain Roy Moore était lié et “soutenu” par des milliers de faux comptes (en l’espèces des bots) provenant de Russie et relayant ses messages de campagne.



Circonstance aggravante, on apprend également que New Knowledge a récemment produit deux rapports auprès du Senate Intelligence Committee (la commission sénatoriale du renseignement) tendant à mettre en évidence une stratégie d’ingérence de la Russie dans la vie politique américaine.


Vous avez aimé cette information? Partagez-là avec vos amis, votre réseau ou votre communauté. Cet article vous a été utile? Il vous a rendu service? NewZilla.NET a besoin de VOUS. Vous pouvez nous aider en faisant un don sécurisé à partir de 1 euro. Cela mérite une explication. On vous dit tout ICI. Merci pour votre soutien et pour votre fidélité à NewZilla.NET.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.