Revue de presse
Accueil / Droit / L’industrie de la conserve ne goûte pas les mises en boîte de Yuka

L’industrie de la conserve ne goûte pas les mises en boîte de Yuka

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

 

La FIAC (Fédération française des industries des aliments conservés) vient de faire condamner l’application Yuka (12 millions d’utilisateurs), pour avoir publié un article de blog contenant de “fausses allégations et des amalgames trompeurs entre l’aluminium et la conserve”, rapporte le site spécialisé Legalis.net.

 

La FIAC (Fédération française des industries des aliments conservés), un lobby de l’agroalimentaire comprenant quelque 130 entreprises comme Bonduelle, Labeyrie, Spanghero, d’Aucy et Euralis vient d’obtenir la condamnation de la société Yuka SAS, qui gère l’application du même nom. 

Yuka, une application de notation de produits de grande consommation, aujourd’hui utilisée par 12 millions de personnes, était accusée d’avoir publié sur son blog officiel, le 23 octobre 2019, un article intitulé « Halte aux emballages toxiques » donnant des informations sur les avantages et les inconvénients des emballages alimentaires, rapporte le site Legalis.net

“La FIAC lui reprochait de faire l’amalgame entre les conserves et l’aluminium, en faisant croire que les conserves seraient impactées par le risque lié à l’aluminium. Elle indiquait que 80 % des conserves sont en fer blanc et les 20 % restants des boîtes de conserves qui sont en aluminium sont revêtues d’un film protecteur. L’analyse de Yuka n’est fondée que sur un seul article d’un nutritionniste qui concerne les ustensiles de cuisine et non les conserves”, relève le tribunal de commerce de Versailles dans une décision rendue le 5 mars 2020, en référé

“La tonalité des propos contenus dans le blog manque de mesure par une généralisation abusive relative à tous les emballages dans lesquelles les aliments sont conservés ; que l’information transmise par l’article litigieux manque aussi de base factuelle suffisante, qu’elle se fonde sur une source unique, laquelle est citée à mauvais escient et interprétée de manière extensive”, estime le tribunal. 

Yuka-FIAC

En conséquence, “ces propos sont constitutifs de dénigrement des industriels en cause, quand bien même les deux parties ne sont pas des concurrents”, note la juridiction.

Pour le tribunal de commerce de Versailles cet article de blog, dont on devine qu’il était bien référencé au vu de la notoriété de l’application Yuka, est “approximatif, constitutif de dénigrement et de pratiques commerciales déloyales et trompeuses, et représente un trouble majeur pour les industriels des aliments en conserve qu’il convient de faire cesser.” 

Le tribunal a donc ordonné la suppression des passages litigieux, sous astreinte de 500 euros par jour de retard et par infraction constatée. Yuka est par ailleurs condamné à verser à la Fédération française des industries des aliments conservés (FIAC) 3 000 € au titre de l’article 700 du code de procédure civile.


Vous avez aimé cette information? Partagez-là avec vos amis, votre réseau ou votre communauté. Cet article vous a été utile? Il vous a rendu service? NewZilla.NET a besoin de VOUS. Vous pouvez nous aider en faisant un don sécurisé à partir de 1 euro. Cela mérite une explication. On vous dit tout ICI. Merci pour votre soutien et pour votre fidélité à NewZilla.NET.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

EN - FR - DE - ES