Accueil / Facebook / Les spammeurs « aiment » Facebook

Les spammeurs « aiment » Facebook

En début d’année Facebook reconnaissait que 5% à 6% des comptes ouverts sur le réseau social (soit 54 millions de profils pour un total de 900 millions d’utilisateurs) étaient des faux, ou des comptes dupliqués.

Selon un expert en sécurité informatique cité par la BBC ces pages sont souvent créées et gérées par des programmes informatiques. Elles permettent aux spammeurs, à l’aide d’un simple clic « J’aime » sur la page Fan Facebook d’une entreprise de diffuser n’importe quel message (ou presque) sur le « mur » c’est à dire dans le fil d’information du groupe visé.

Une enquête de la BBC vient de mettre en lumière ces pratiques qui polluent les pages Facebook et contribuent à augmenter de manière totalement artificielle la popularité des entreprises présentes sur le réseau social. A l’appui de sa démonstration, la BBC a créé une page Fan Facebook pour une entreprise on ne peut plus virtuelle…Virtual Bagel.

Quelques jours après sa mise en ligne, l’entreprise fantôme comptait déjà 3000 « fans » ayant cliqué sur le bouton « J’aime » de la page. Dans leur grande majorité, les « fans » de Virtual Bagel provenaient d’Egypte et des Philippines et affichaient des noms et des qualités plus que sujettes à caution, à l’instar de ce supposé internaute égyptien Ahmed Ronaldo, qui sur son profil indiquait travailler au…Real Madrid.

Pour les services marketing des entreprises qui considèrent, certes un peu vite, le nombre de « Like » sur Facebook, comme  l’alpha et l’oméga de la popularité de leur société en ligne, les pratiques frauduleuses mises en évidence par la BBC posent problème.

Pour le modèle publicitaire de Facebook, déjà mis à mal dernièrement par le retrait de certains annonceurs comme General Motors aux Etats-Unis, ce n’est pas non plus une bonne nouvelle. D’autant plus, comme le rappelle la BBC, qu’une partie importante des revenus du réseau social provient des publicités diffusées sur le site et censées générer des « likes » de consommateurs internautes et bel et bien réels. Des publicités que Facebook  fait bien évidemment payer aux entreprises…

A lire aussi

YouTube-Livestreaming

YouTube sort (bientôt) son propre Periscope

Encore en phase de test auprès de quelques "happy few", cette fonctionnalité de streaming live (diffusion de séquences vidéo en direct depuis son smartphone) devrait très bientôt être disponible pour le grand public.

FacebookLive

Facebook va verser des dizaines de millions de dollars aux médias pour qu’ils utilisent Facebook Live

QUESTION / Comment garantir le succès d'un service de vidéo en streaming live (de diffusion de séquences vidéo en direct), quand celui-ci n'est après tout ni moins bon, ni meilleur, que tout ceux déjà disponibles sur le marché? REPONSE / En versant, comme en a convenu Facebook, de dizaines de millions de dollars à des célébrités et à des médias de référence pour qu'ils utilisent ce service... A savoir Facebook Live.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.