En continu
Accueil / Internet / Clash à Dubaï autour du contrôle et de la gouvernance de l’Internet

Clash à Dubaï autour du contrôle et de la gouvernance de l’Internet

ONU ou pas, pas question de signer n’importe quoi et d’abandonner la gouvernance de l’Internet à des Etats, Chine et Russie en tête, qui sont connus pour faire peu de cas de la liberté d’expression en ligne.

 

C’est en substance la position adoptée à l’issue du sommet de Dubaï par la France, les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et 52 autres pays qui ont refusé de signer le nouveau “règlement des télécommunications internationales”.

Ce sommet, organisé par l’Union Internationale des Télécommunications (UIT) avait pour but d’actualiser, y compris au niveau de la gouvernance de l’Internet, un texte dont la dernière version datait de 1988…89 pays ont signé la dernière version du traité.

Les Etats-Unis, qui ont refusé le texte, souhaitaient ainsi conserver leur contrôle sur certaines infrastructures essentielles d’Internet, comme le gestionnaire mondial des noms de domaine, l’Icann, ou les serveurs racines d’Internet. La Chine et la Russie souhaitaient un contrôle accru des Etats sur Internet, notamment sur les services et les moyens d’expression.

La perspective d'un Internet gouverné par la Chine et la Russie...

”Au cours du dernier quart de siècle l’Internet a permis au monde de se développer au-delà de toute espérance. Et tout cela sans que les Nations Unies n’aient à y mettre leur nez”, a expliqué Terry Kramer le représentant américain, cité par Wired. “Alors, vous comprenez bien que nous ne pouvons pas apporter notre soutien à un texte aussi inconsistent que ce traité de l’UIT, qui de plus ouvre la porte à une gestion collective de la gouvernance de l’Internet”.

Même tonalité dans le discours de Simon Towle, le représentant de la Grande-Bretagne. “Pas question de signer un texte à n’importe quel prix”, a-t-il déclaré. “Par ailleurs, nous sommes extrêmement préoccupé par le ton même de ce traité, et par les perspectives de contrôle qu’il ouvre pour tout ce qui touche à Internet à aux contenus qui y sont diffusés”.

A lire aussi

Chine

#Biométrie / La Chine va prélever les empreintes digitales des visiteurs étrangers

Cette mesure entre en application vendredi 10 février à l'aéroport international de Shenzen. Elle sera étendue à l'ensemble du pays à la fin de l'année 2017.

La Chine s’attaque aux VPN

Le gouvernement de Pékin part en guerre contre les logiciels qui permettent d’utiliser des VPN (“virtual private network”) et de contourner la censure qui sévit dans le pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.