En continu
Accueil / Chine / La Chine impose la fin de l’anonymat sur les réseaux sociaux

La Chine impose la fin de l’anonymat sur les réseaux sociaux

Voilà qui devrait apporter quelque réponse à tous les beaux esprits qui se posent des questions sur la gouvernance de l’Internet et la mainmise technologique des Etats-Unis sur le réseau mondial.

 

Le Congrès national du peuple chinois a adopté, vendredi 28 décembre, la fin de l’anonymat sur les réseaux sociaux du pays, rapporte l’agence officielle Chine nouvelle. En pratique tous les internautes auront obligation de fournir leur véritable identité à leur fournisseur d’accès Internet. Ainsi que leur numéro de téléphone portable, au cas où les autorités souhaiteraient les interroger.

Jusqu’à présent seuls les internautes des cinq grandes villes du pays: Pekin, Shanghai, Canton, Shenzen et Tianjin, devaient en passer par cette procédure.

Pour le pouvoir communiste dont la presse occidentale a révélé récemment qu’il était contrôlé par huit grandes familles, l’objectif est de tuer dans l’oeuf toute contestation politique sur les réseaux sociaux, à commencer par la plate-forme de micro-blogging favorite des chinois, Weibo. Finie donc la dénonciation de la corruption. Enterrés les désirs de réforme. La « Grande Muraille Informatique » (« Great Firewall ») a de beaux et tristes jours devant elle.

A lire aussi

cyber-harcelement

54% des jeunes victimes de cyber-harcèlement (VIDEO)

Selon le dernier rapport publié par l’association britannique Ditch the Label, plus de la moitié des jeunes interrogés se dit victime de harcèlement en ligne et notamment sur les réseaux sociaux, à commencer par Instagram, Facebook et Snapchat.

lee-jae-yong-samsung

Le patron de Samsung Group mis en examen pour corruption et détournement de fonds

Lee Jae-yong est accusé par la justice sud-coréenne d'avoir versé pour 36 millions de dollars de pots de vin à une conseillère de l'ex-présidente Park Guen Hye.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.