En continu
Accueil / Réseaux sociaux / Hater, chroniques de la haine ordinaire à l’ère des réseaux sociaux

Hater, chroniques de la haine ordinaire à l’ère des réseaux sociaux

Dans un Internet aux réseaux sociaux lisses, aseptisés et prudes (cf. Facebook) où l’on nous ordonne de “liker” (d’aimer voire d’adorer), une application comme “Hater” tient de la bouffée d’air frais.

 

Il s’appelle Jack Banks. C’est un Californien (presque) bien sous tous rapports. A ceci près qu’il adore “haïr”, ou simplement détester ou mépriser c’est selon, (en vrac, les Républicains ou les embouteillages), le dit clairement et a même décidé d’en faire une application mobile qu’il vient tout juste de présenter au monde à l’occasion du festival SWSX qui se tenait ces jours derniers à Austin (Texas).

“Hater”, la bien nommée, est une application disponible sur l’App Store où chacun est invité à venir partager ses petites détestations du quotidien, ou plus si affinités. A l’époque d’un Internet aux réseaux sociaux aseptisés et prudes (cf. Facebook) et où l’on nous ordonne de “liker” (d’aimer voire d’adorer), une application comme “Hater” a, par son côté politiquement incorrect, quelque chose de particulièrement rafraichissant.

Jack Banks le reconnait implicitement, sous ses dehors ludiques “Hater”, “est un peu un Instagram de la haine”“On télécharge l’application, on scroll (on passe en revue) les photos déjà postées par les autres utilisateurs, on peut y apposer ses commentaires et ajouter ainsi à l’aversion éprouvée par les autres membres du réseau pour tel ou tel sujet”.

Pour Jack Banks, “il est important de parler d’échanger sur ce que l’on n’aime pas”, explique-t-il au site Digital Trends.

“Qu’il s’agisse du contrôle des arme à feu, des embouteillages, ou de l’usine du coin qui déverse ses déchets toxiques dans la nature, en parler c’est une première étape vers le changement, et pour faire évoluer les choses”. »Hater » au-delà, bien au delà, du simple exutoire, une application à la limite de l’utilité publique.

A lire aussi

cyber-harcelement

54% des jeunes victimes de cyber-harcèlement (VIDEO)

Selon le dernier rapport publié par l’association britannique Ditch the Label, plus de la moitié des jeunes interrogés se dit victime de harcèlement en ligne et notamment sur les réseaux sociaux, à commencer par Instagram, Facebook et Snapchat.

Facebook-ChampionsLeague-LigueDesChampions-Football-Soccer

Facebook va diffuser la Champions League

A partir de la saison prochaine, le réseau social diffusera en direct les rencontres de la Ligue des champion. Des droits de retransmission exclusivement réservés au marché américain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.