En continu
Accueil / Amazon / Appel à la grève chez Amazon

Appel à la grève chez Amazon

Plusieurs centaines d’employés d’Amazon.de (filiale du géant du commerce en ligne) demandent des augmentations de salaires.

 

Et de deux. Après un premier mouvement de grève le 14 mai dernier, respectivement suivi par 600 employés dans le Bad Hersfeld et 300 autres sur le site de logistique de Leipzig, le syndicat ver.di appelait aujourd’hui lundi 27 mai 2013 à un nouveau débrayage sur le site de Leipzig pour faire monter la pression sur le géant du commerce en ligne, rapporte l’agence Reuters.

Les employés protestent contre la politique salariale du groupe américain. Ils réclament des augmentations de salaire. Qui selon eux devrait passer à 10,66 euros (contre 9,30 euros) de l’heure sur le site de Leipzig. Et à 12,18 euros de l’heure (contre 9,83 euros aujourd’hui) pour le site de Bad Hersfled.

Amazon.de

Le syndicat ver.di reproche à Amazon.de son refus de valider un accord collectif sur les conditions de travail. Et demande également une hausse du salaire minimum et des heures supplémentaires de nuit.

Amazon.de emploie directement ou indirectement (et dans des conditions qui ont récemment fait débat) 9 000 collaborateurs outre-Rhin. Le groupe estime que les salaires pratiqués sur ses sites sont parmi les plus avantageux des centres de logistiques du pays, indique Reuters.

Et s’il affiche sa volonté de négocier avec le syndicat ver.di, Amazon.de ne voit pour l’heure aucune base commune susceptible de déboucher sur un accord.

A lire aussi

Bassel-Khartabil-Safadi

Les Histoires du Net de NewZilla.NET / Dimanche 6 août 2017

Insolites, ou dramatiques, retrouvez chaque semaine les histoires du Net de NewZilla.NET. Cette semaine, hommage à un activiste du logiciel libre et de la liberté de circulation de l'information, mort dans les prisons du dictateur syrien Bachar el-Assad.

longchamp-wechat-luxury

Longchamp, Burberry, Givenchy, Dior… les marques de luxe adoptent WeChat

Pour tenter de s'imposer sur le marché chinois, les grandes marque de luxe occidentales, déjà présentes sur Alibaba, testent maintenant la vente directe et/ou la vente "flash" de leurs produits de référence sur WeChat, cette application du groupe Tencent qui compte déjà plus de 900 millions d'utilisateurs dans le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.