En continu
Accueil / Google / Google veut transformer votre (vieille) salle de serveurs en karaoké

Google veut transformer votre (vieille) salle de serveurs en karaoké

PARTAGER CET ARTICLE
C’est l’été, et le groupe Internet a mis a contribution un cabinet de design et vous suggère de ré-affecter votre vieille salle de serveurs (aujourd’hui délaissée au profit des solutions de cloud computing), à de nouvelles activités…

 

Dans un monde où les forces vives de la high-tech et de l’Internet se retrouvent à déjeuner dans des clubs de striptease il n’y a après tout rien tout d’étonnant à apprendre que Google souhaite transformer les vieilles salles de serveurs (informatiques) des entreprises en temple du karaoké!

Car c’est l’un des effets secondaires (à défaut d’être pervers) de la montée en puissance du cloud computing (c’est-à-dire du stockage de données à distance) et de l’adoption massive (dixit Google) par des entreprises telles que Roche, BBVA ou PwC, ou Valeo des solutions Google Apps: les salles de serveurs qui occupaient jadis une place centrale dans l’entreprise ne servent plus à rien.

goldclub7

Google s’est donc mis en tête de trouver une nouvelle affectation à ces sites aujourd’hui tombés en désuétude. Le groupe Internet a mis à contribution PDM International, un cabinet spécialisé dans la décoration d’intérieur, qui lui a soumis les propositions suivantes, disponibles sur le (très officiel) blog Google for Work.

Salle de fitness et bar à salades

totally eclipsed 1Vous voulez mettre vos collaborateurs au régime?

Ce bar à salades très prisé des hipsters fera certainement très bien l’affaire! A moins que vous ne souhaitiez transformer ce nouvel espace, un peu plus radicalement, en salle de gym et de fitness par exemple.

Reste une solution intermédiaire, ludique, fédératrice et qui au passage permettra également de brûler quelques calories… le fameux karaoké. De quoi faire oublier, un temps, la pause-déjeuner dans un club de striptease.

A lire aussi

Google veut enterrer les sites en HTTP

La version… 68 de Chrome, le navigateur Internet, dont la sortie est prévue au mois de juillet prochain, devrait signaler le cas échéant aux internautes et aux mobinautes qu’ils s’apprêtent à visiter un site en HTTP et non en HTTPS, c’est-à-dire un site qui, potentiellement, ne protège pas suffisamment selon Google les données de ses utilisateurs.

Facebook et Google misent sur l’information locale

Le premier, englué dans la controverse autour des “fake news”, tente de se recentrer en re-donnant la priorité à la diffusion d’une information de proximité, supposément plus fiable. Le second lance Bulletin, une application destinée à susciter et à encourager la production d’un “journalisme citoyen”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.