En continu
Accueil / Google / La France réclame 1,6 milliard d’euros d’arriérés d’impôts à Google

La France réclame 1,6 milliard d’euros d’arriérés d’impôts à Google

PARTAGER CET ARTICLE
Selon l’agence Reuters, citant “une source proche du dossier”, l’ardoise fiscale de groupe Internet serait des plus conséquentes et selon le ministre des Finances Michel Sapin, la France “n’est pas dans une logique de négociation”.

 

La stratégie d’optimisation fiscale de Google commence à provoquer quelques couacs. La Commission européenne a choisi de se pencher sur le sujet. Pas seulement sur le cas Google mais aussi sur celui des multinationales qui, où qu’elles se trouvent, pratiquent l’optimisation fiscale intensive.

Mais revenons à Google, en Italie (pays où Apple vient de régler une ardoise de 318 millions d'(euros), le fisc chercherait à récupérer près de 200 millions d’euros d’arriérés d’impôts auprès de Google. Au Royaume-Uni, Google aurait récemment accepté de régler 171 millions d’euros d’arriérés d’impôts sur les dix dernières années.

5 millions d’euros d’impôts sur les bénéfices en 2014

googleEt en France l’addition se monterait donc à 1,6 milliard d’euros. De quoi gâcher quelque peu le passage, cette semaine, à Paris du PD-G de Google, Sundar Pichai, dont l’agenda était semble-t-il bien rempli puisqu’à côté d’une conférence à Science Po, celui-ci devait également rencontrer mercredi 24 février… le ministre de l’Economie, Emmanuel Macron, dont les différends avec son homologue des Finances, Michel Sapin, sont de notoriété publique. En France, Google emploie 700 personnes et a versé en 2014, 5 millions d’euros d’impôts sur les bénéfices.

Un chiffre à mettre en perspective avec les 14,4 milliards de dollars de bénéfices nets réalisés cette même année par Google, et dont une grande partie a, par des voies détournées tout autant que légales, trouvé refuge aux Bermudes où les entreprises ne sont soumises à aucun impôt sur les bénéfices…

A lire aussi sur NewZilla.NET

droit-oubli-google

Les internautes européens exercent leur droit à l’oubli

Depuis mai 2014, Google a reçu 654 876 demandes de suppression des résultats de recherche.

Toronto, une ville Google pour le 21ème siècle (VIDEO)

A Toronto, Sidewalk Labs, une filiale d’Alphabet (la maison mère de Google) s’apprête à concevoir un quartier qui devrait héberger le prochain siège de Google au Canada. Un quartier qui s’annonce aussi et surtout comme un prototype de la ville du 21ème siècle, telle que l’envisage Google.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.