Accueil / Internet des objets / 60% des Français se déclarent prêts à vendre leurs données personnelles

60% des Français se déclarent prêts à vendre leurs données personnelles

C’est ce qui ressort d’une étude menée au niveau mondial (mais aussi auprès d’un millier de Français) par Intel Security.

 

Les Français ne sont, semble-t-il, plus à un paradoxe prêt quand on leur parle « maison connectée » et « Internet des objets ». C’est l’une des principales conclusions d’une étude rendue publique le 31 mars 2016 par Intel Security.

D’un côté, 90% des 1 000 personnes interrogées pour cette étude, se déclarent inquiètes (nous l’avons vu, parfois à juste titre) sur les menaces de piratage qui planent aujourd’hui sur l’Internet des Objets et sur ce que pourraient faire de leurs données des hackers mal intentionnés (ce qui n’est heureusement et bien évidemment pas le cas de tous les hackers).

Ils ne sont plus que 81% à craindre que les données personnelles connectées dans une maison connectée puissent être utilisées à des fins marketing par des entreprises. Mais en revanche, 61% des sondés reconnaissent qu’il seraient intéressés par l’idée de céder leurs données personnelles contre de l’argent. Quand 64% accepteraient de le faire contre… des bons de réduction.

La vie privée n'est plus ce qu'elle était

maison-connecteeOù l’on se rend compte que la valeur de la vie privée est aujourd’hui toute relative! Enfin, il semble bien que les Français aient une mémoire de poisson rouge.

En ce qui concerne les mots de passe, 66% d’entre eux, qui rappelons-le ne vivent pas encore dans leur très grande majorité dans des maisons connectées, estiment difficile si ce n’est impossible de se rappeler de l’ensemble des mots de passe « de-tous-les-appareils-connectés ». Une appréhension qui ouvre grand la porte à la diffusion de techniques d’authentification biométrique, comme l’identification par empreinte digitale (49%), la reconnaissance vocale (41%) ou l’identification oculaire (39%).

Des techniques d’identification qui (même s’il s’en faut de très peu) de rassemblent pas encore autour d’elles une majorité de Français.

A lire aussi

Violation de données personnelles : OUICAR averti par la Cnil (Communiqué)

Des données personnelles des utilisateurs du site OUICAR.FR sont restées librement accessibles pendant près de trois ans. La formation restreinte de la CNIL a prononcé un avertissement public, estimant que OUICAR avait manqué à son obligation de sécurité et de confidentialité des données.

CNIL-Hertz

HERTZ France condamné à 40 000 euros d’amende pour violation de données personnelles (Communiqué)

Une violation de données personnelles s’est produite en 2016 sur un site de la société Hertz en raison d’une erreur commise par un prestataire. La formation restreinte de la CNIL a prononcé une sanction d’un montant de 40.000 euros, estimant que la société avait manqué à son obligation de sécurité des données.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.