En continu
Accueil / Internet des objets / Jacquard, la veste denim connectée signée Levi’s et Google (VIDEO)

Jacquard, la veste denim connectée signée Levi’s et Google (VIDEO)

PARTAGER CET ARTICLE
L’an dernier Google et Levi’s formaient un partenariat autour du Projet Jacquard, une initiative visant à développer toute une gamme de tissus connectés à Internet. Jacquard, une veste denim signée Levi’s devrait sortir au printemps 2017. Mais pour les plus geeks d’entre vous, le vêtement sera disponible en version beta dès cet automne.

 

Lancer des applications, gérer sa musique sur Spotify, voire répondre à (ou bloquer) un appel simplement en tapotant sur la manche de sa veste en jean… voici quelques unes des fonctionnalités disponibles (connexion Bluetooth aidant) avec Jacquard, une ligne de vestes denim, qui sera commercialisée au printemps 2017 par Levi’s.

Jacquard-Google-LevisSi ce modèle, un peu particulier, intègre un tissu connecté, fruit des recherches menées conjointement par Google et Levi’s depuis plusieurs mois dans le cadre du Projet Jacquard, Jacquard n’est en rien plus fragile qu’une veste en jean ordinaire et peut très bien passer par la machine à laver (ce qui est heureux).

Lavable en machine

Petite précision tout de même à toutes fins utiles… si l’on prend toutefois bien soin d’enlever pour cette étape délicate les quelques puces (électroniques) logées dans la manche du vêtement.

Si le prix n’est pas encore fixé, on sait tout de même (d’un point de vue technologique) que la veste fonctionnera avec des services comme Spotify, Google, Google Maps ou Strava, et que Google mettra à disposition des développeurs une API pour qu’ils puissent travailler à créer leurs propres applications.

A lire aussi sur NewZilla.NET

droit-oubli-google

Les internautes européens exercent leur droit à l’oubli

Depuis mai 2014, Google a reçu 654 876 demandes de suppression des résultats de recherche.

Des agents de la DGSE localisables grâce à l’application de running Strava

Selon Le Canard Enchaîné, qui révèle cette embarrassante affaire dans son numéro du 21 février, des agents de la DGSE ont continué à utiliser à leurs risques et périls, mais aussi à ceux de leur service, l’application de running et de fitness Strava, déjà mise en cause pour permettre de divulguer la localisation secrète de bases militaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.