Accueil / Internet des objets / Le tampon connecté, un plus pour la santé des femmes?

Le tampon connecté, un plus pour la santé des femmes?

Deux chercheurs en maladies infectieuses à l’université d’Harvard aux Etats-Unis, planchent actuellement sur un tampon connecté (et donc « intelligent ») qui pourrait prélever en temps réel des données et contribuer à identifier et à prévenir le développement de nombreuses maladies.

 

Le tampon du futur sera-t-il connecté? A l’automne dernier, ce concept avait fait l’objet d’un canular repris à la va-vite, comme une véritable information par toute une kyrielle de sites Internet et de blogs un peu trop pressés. Mais cette fois-ci, la chose est plus sérieuse, et partant de là mérité réellement que l’on s’y arrête.

Ridhi Tariyal et Stephen Gire, deux chercheurs en maladies infectieuses à l’université d’Harvard, ont lancé une start-up baptisée NextGen Jane et ils étudient désormais la possibilité de développer pour les femmes un tampon « connecté », rapporte le New York Times et le site FastCompany.

Prélèvement de données en temps réel

smart-tamponAlors de quoi s’agit-il? Ici l’idée est, via un prélèvement de données (en clair, un prélèvement de sang pendant le cycle menstruel) de déceler la présence d’infections ou de maladies qui (à l’instar de certains types de cancers, d’endométriose ou des fibromes utérins) quand elles sont dépistées trop tardivement peuvent entraîner des conséquences dramatiques chez la femme.

Aujourd’hui le tampon connecté n’est toujours pas une réalité, mais ce n’est déjà plus un canular. Et des tests sont en cours pour voir quelle serait la technologie (de transmission de données) la mieux adaptée à ce projet.

A lire aussi

videosurveillance

Vidéosurveillance / Des patients autistes filmés à leur insu dans une maison d’accueil en Seine-et-Marne

Des patients autistes, résidents d'une maison d'accueil (MAS) Vercors à Nandy (Seine-et-Marne), sont filmés dans leur intimité, depuis des années à leur insu, et en toute illégalité révèle le journal Le Parisien. Le Défenseur des droits est saisi du dossier.

malaria

RAM, une technologie pour diagnostiquer le paludisme en 5 secondes (VIDEO)

John Lewandowski, chercheur au MIT (Massachusetts Institute of Technology) aux Etats-Unis, a mis au point un appareil capable de détecter la présence de la malaria (ou paludisme) chez un patient, en cinq secondes par l'analyse d'une simple goutte de sang.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.