En continu
Accueil / e-Commerce / Wydr, un Tinder pour les amateurs d’art

Wydr, un Tinder pour les amateurs d’art

PARTAGER CET ARTICLE
Lancée au début de l’année 2016 par une start-up helvétique, cette application propose aux mobinautes et aux internautes de “liker” et d’acheter des oeuvres d’art, simplement en les visionnant sur l’écran de leur smartphone ou de leur ordinateur.

 

Pour l’instant, il ne s’agit que d’une communauté de quelques milliers d’aficionados. Des amateurs d’art (plutôt que des collectionneurs) qui ont en commun d’utiliser Wydr.

Calqué sur l’application de “dating” Tinder, Wydr (disponible sur iOS et Android) permet à ses utilisateurs d’aimer ou pas (à la volée) les oeuvres d’art qui apparaissent sur l’écran.

“J’aime” (à droite) ; “Je n’aime pas” (à gauche). Le tout pour, in fine, acheter s’ils le désirent, leur oeuvre d’art préférée. Wydr, ou l’application même du coup de coeur en matière d’art.

30% de commission

Un coup de coeur sans filtre (exit les galeries), mais quelque peu orienté tout de même puisque les oeuvres (et donc leur popularité) sont notées (en mode crowdsourcing) par les membres de la communauté Wydr.

Wydr-Tinder

Des oeuvres originales dont les prix sont fixés par les artistes eux-mêmes (de 56 à 64 000 dollars). 400 artistes ont déjà rejoint la plate-forme (qui prélève 30% sur chaque transaction réalisée via le service, et réglable sur PayPal ou Stripe). Le “panier” moyen est de 430 dollars et le catalogue vient s’enrichir d’une centaine de nouvelles références chaque semaine.

A lire aussi sur NewZilla.NET

Tinder contraint de corriger une faille de sécurité majeure

Selon des chercheurs en sécurité informatique il suffisait de connaître le numéro de téléphone d’une personne pour prendre le contrôle de son compte Tinder et accéder à l’ensemble des conversations menées sur l’application.

Budbo ou la blockchain en herbe (VIDEOS)

Une start-up se propose de mettre un peu d’ordre et de rationaliser la logistique de l’industrie naissante et florissante de la marijuana en utilisant la technologie “blockchain”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.