Accueil / e-Commerce / Birchbox lève 15 millions de dollars dans l’attente de jours meilleurs

Birchbox lève 15 millions de dollars dans l’attente de jours meilleurs

First Round Capital, Accel Partners et Viking Global Investors, les investisseurs historiques de la start-up spécialisée dans l’envoi à domicile de « box » d’échantillons de produits cosmétiques, ont décidé de remettre au pot à hauteur de 15 millions.

 

Une bonne nouvelle à court terme pour Birchbox, dont nous expliquions récemment qu’elle traversait une « crise de croissance » (Cf. NewZilla.NET du 20 juin 2016).

Ces temps-ci, la vie n’est plus très rose pour Birchbox. Si, selon une source citée par le site spécialisée ReCode.net, les ventes ont progressé de 20% au premier semestre 2016 (sur la base d’un chiffre d’affaires annuel de 200 millions de dollars), la start-up a été obligée de supprimer 27% de ses effectifs au cours de six derniers mois.

Il y a quelques semaines encore, l’avenir de Birchbox (alors incapable de réaliser une levée de fonds en dehors du cercle de ses investisseurs historiques) semblait incertain.

Un concept séduisant

L’annonce aujourd’hui d’un nouveau tour de table de 15 millions de dollars apporte, momentanément, un peu d’air frais, à cette start-up fondée en 2010 par Katia Beauchamp et sa camarade de classe à la Harvard Business School, Hayley Barna. Un peu d’air frais en attendant que Birchbox, à défaut de devenir une véritable machine à cash, devienne au moins bénéficiaire.

birchbox-manhattan

Le concept initial de Birchbox, qui possède désormais son propre magasin à Manhattan, était pourtant séduisant. Il s’agissait de convaincre les consommatrices de payer 10 dollars par mois pour pouvoir recevoir chez elles et tester quatre à cinq échantillons de produits cosmétiques.

L’idée étant ensuite de transformer l’essai en parvenant à les convaincre d’acheter les produits eux-mêmes sur le site Birchbox.com. Or, aujourd’hui, les ventes réalisées sur le site Birchbox.com ne représentent que 35% du chiffre d’affaires de la start-up.

A lire aussi

Yuri-milner-alisher-usmanov-paradise-papers

Paradise Papers / Comment l’argent du Kremlin inonde la Silicon Valley

Les informations révélées, dimanche 5 novembre 2017, dans le cadre des "Paradise Papers" (une grande enquête menée par le "Consortium international des journalistes d'investigation" (ICIJ), sur la base de millions de documents provenant pour partie du cabinet d'avocats Appleby-Estera, permettent de confirmer ce dont l'on se doutait déjà, à savoir que des proches du président russe, Vladimir Poutine, ont utilisé DST Global, le fonds d'investissement contrôlé par le milliardaire russe Youri Milner pour faire leur marché dans la Silicon Valley et réaliser de très confortables plus-values.

SFR coupe le téléphone à deux retraités qui refusaient de prendre sa box Internet

A Châtignac (Charente) Annette et Pierre Massonnaud, n’ont plus de téléphone fixe depuis le 22 novembre 2016. Ce couple de retraités octogénaires avait refusé une offre commerciale de l’opérateur SFR.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.