En continu
Accueil / NewZilla.NET / JO 2016 / Le CIO interdit Periscope, Vine et les GIF animés… aux journalistes!

JO 2016 / Le CIO interdit Periscope, Vine et les GIF animés… aux journalistes!

Voici, s’il en était encore besoin, la parfaite illustration d’un combat d’arrière-garde.

 

A quelques heures de l’ouverture officielle des Jeux olympiques de Rio, le CIO (Comité International Olympique) a communiqué à la presse les nouvelles règles relatives aux droits de diffusion des compétitions. Et, si elles sont, cette année, particulièrement drastiques, elles n’en sont pas moins grotesques.

Pour protéger les droits de diffusion des compétitions, dont la commercialisation représente il est vrai pour le CIO plusieurs centaines de millions de dollars, cette année les journalistes auront dont interdiction de diffuser sous format vidéo (Periscope, Vine) ou animé (GIF animé) des séquences issues des Jeux olympiques.

Une décision grotesque, mais juridiquement nécessaire

jeux-olympiques-rio-2016

Une décision grotesque, car si l’on interdit à des professionnels de l’information de diffuser ce type d’images, il est bien évident qu’une telle décision relève de la posture, car à ce jour aucune injonction n’a été adressée à Twitter de filtrer les contributions amateurs de centaines de millions de téléspectateurs.

Un public qui, puisqu’il aura pour la première fois de l’Histoire des Jeux une telle technologie à disposition, devrait en toute logique s’en donner à coeur joie!

 

A lire aussi

Twitter-stocks

Twitter a perdu 456,9 millions de dollars en 2016

A l'annonce des derniers résultats trimestriels du réseau social, l'action Twitter a dévissé de 11% à Wall Street. En 10 ans d'existence, le groupe Internet co-fondé par Biz Stone, Evan Williams et Jack Dorsey qui a levé 1,16 milliard de dollars auprès de structures comme DST Global, ou Kleiner Perkins Caufield and Byers, n'a jamais réalisé un seul dollar de bénéfice.

New-Journalism

Quand les bots et les SMS redéfinissent les contours du journalisme

BuzzFeed, le Washington Post, le New York Times, aujourd'hui les "grands" médias, ou ceux qui aspirent à le devenir explorent de nouveaux moyens de toucher et de fidéliser le lecteur, internaute et mobinaute. Focus sur deux technologies, pourtant pas si nouvelles, le bot et le SMS.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.