Accueil / NewZilla.NET / Après Paris-CDG, la reconnaissance faciale monte dans l’Eurostar

Après Paris-CDG, la reconnaissance faciale monte dans l’Eurostar

PARTAGER CET ARTICLE
Déjà déployée de la fin de l’année 2016 dans le terminal 2F de l’aéroport Paris-Roissy Charles-de-Gaulle, une solution de contrôle automatisé des passeports intégrant une technologie de reconnaissance faciale est mise en place depuis le début de la semaine en Gare du Nord à Paris, au départ de l’Eurostar.

 

Nous vous en parlions il y a quelques jours, sécurité oblige, en ces temps d’état d’urgence, les technologies biométriques de reconnaissance sont de plus en plus fréquemment déployées dans les grands axes de transport.

Après l’aéroport Paris-Roissy Charles-de-Gaulle, la solution développée par le groupe portugais Vision-Box, vient d’être installée en Garde du Nord à Paris au départ du train  grande vitesse Eurostar.

eurostar-biometrie-reconnaissance-faciale

Déjà présente à Londres en gare de Saint-Pancras depuis l’Euro 2016, cette solution de sas de contrôle automatisés des passeports devrait très prochainement être étendue à la gare de Bruxelles-Midi (Belgique), autre destination majeure de l’Eurostar et du Thalys.

Selon Vision-Box “plus de 500.000 passagers ont déjà pu expérimenter ce service”. Un service “réservé aux citoyens européens majeurs disposant d’un passeport biométrique”.

Dans le cas de l’aéroport Paris-Roissy Charles-de-Gaulle, les cinq appareils, situés dans le terminal 2F, ont ainsi contrôlé 20.000 visages de personnels navigants (pilotes, hôtesses et stewards) et de passagers volontaires, tous majeurs, ressortissants de l’Union européenne et informés au préalable.

A lire aussi sur NewZilla.NET

reconnaissance-faciale

85 ONG américaines demandent à Amazon, Google et Microsoft de ne pas mettre leurs technologies de reconnaissance faciale à la disposition des Etats

Ces organisations, dont l’ACLU (Union américaine pour les libertés civiles) demande à ces trois géants de l’industrie du numérique qu’ils prennent des engagements fermes et s’engagent pour la défense des droits humains et des libertés publiques

Japon-Reconnaissance-faciale-taxe

Au Japon, une taxe pour financer la collecte de données biométriques

Cette nouvelle taxe de 1 000 yens s’appliquera aux passagers utilisant les transports aériens et maritimes. Elle est destinée à financer les technologies de reconnaissance faciale déployées dans les aéroports.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.