Accueil / NewZilla.NET / Après les usines à (faux) clics, Snatap, la machine à (faux) “likes” (VIDEO)

Après les usines à (faux) clics, Snatap, la machine à (faux) “likes” (VIDEO)

Snatap, une société russe, affirme avoir installé dans des centres commerciaux situés en Allemagne, en Russie, en Pologne et en République tchèque, une machine à “likes” grâce à laquelle chacun peut s’acheter à vil prix une popularité on ne peut plus virtuelle sur Facebook ou sur Instagram.

 

Dès 2013, NewZilla.NET abordait déjà ce sujet sensible, voire tabou, sur les réseaux sociaux, des faux “likes” et des faux clics.

Pour un réseau social comme Twitter il est par exemple on ne peut plus facile de vérifier la popularité réelle d’un compte en le passant sous les fourches caudines de services comme Twitter Audit ou Fakers Statuspeople.

Le jeu est intéressant… Amusez-vous à vérifier la popularité réelle ou virtuelle de telle ou telle marque ou de tel ou tel site d’information (spécialisé, par exemple, dans l’actualité high-tech), vous verrez que les résultats sont souvent assez surprenants, voire carrément inquiétants pour les annonceurs publicitaires (et les marques qui leur font confiance) qui se basent sur les seules datas communiquées par ces sites.

Snatap

Mais, aujourd’hui le phénomène de la popularité virtuelle et des “faux” influenceurs sur Internet semble avoir franchi un nouveau stade avec le déploiement par une société russe, Snatap, dans une vingtaine d’endroits différents de machines dédiées à l’achat de faux “likes” et désormais accessible au grand public.

1,57 euro les 100 followers, ou 78 centimes d’euro pour une centaine de faux likes sur Instagram, l’Internaute de passage a maintenant le choix s’il veut gonfler à l’envi sa fausse notoriété sur les réseaux sociaux, comme le rapporte Motherboard.vice.com.

A lire aussi

Facebook-copyright

Comment Facebook veut séduire l’industrie musicale

Le réseau social serait actuellement en négociation avec les principaux acteurs de l'industrie musicale pour permettre à ses utilisateurs d'inclure "librement" (et sans risque de procès pour violation de la propriété intellectuelle), des musiques et des chansons dans les vidéos qu'ils mettent en ligne sur Facebook.

snapchat-instagram-facebook

Facebook, le péril jeune

Selon une étude publiée par le cabinet eMarketer les 12-17 ans et les 18-24 ans délaissent massivement Facebook pour Instagram et Snapchat qui pourrait même devenir dès la fin de l'année 2017 le réseau social le plus utilisé par les 12-24 ans. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.