En continu
Accueil / Liberté d'expression / La Chine interdit les commentaires anonymes

La Chine interdit les commentaires anonymes

PARTAGER CET ARTICLE
Après avoir interdit l’utilisation de VPN (ces réseaux privés virtuels qui peuvent dans certains cas permettre de contourner la censure), après avoir obligé les médias chinois à héberger leurs contenus sur des serveurs informatiques locaux, la Chine met aujourd’hui en place l’interdiction de poster des commentaires en ligne de façon anonyme. 

 

En Chine, la bataille que mènent les autorités contre la liberté d’expression sur Internet ne connait aucun répit. Dernier épisode en date l’interdiction officielle de poster des commentaires en ligne dans le plus parfait anonymat.

Dorénavant, avant d’accepter de diffuser un commentaire, les gestionnaires de forums de discussion et autres groupes Internet devront obliger l’auteur dudit commentaire à décliner nom, prénom, âge et qualité. Et tout comportement suspect en la matière devra par ailleurs être signaler aux autorités, captures d’écran à l’appui.

China-comments

La mesure doit entrer en application au début du mois d’octobre. Elle s’annonce assez contraignante d’un point de vue technique notamment pour les plus petits acteurs de l’Internet, contraints de vérifier la véritable identité de leurs utilisateurs, en leur envoyant par exemple des SMS sur leurs téléphones mobiles.

En Chine, est considéré comme étant illégal un commentaire diffusant des rumeurs, une contribution qui présente un quelconque danger pour la bonne marche de l’ordre social, insultant la religion ou une personne en particulier, incitant à la haine, ou portant atteinte à l’image et à l’honneur du pays.

A lire aussi sur NewZilla.NET

Comment la Chine a espionné l’Union africaine

Non contente d’exploiter au mieux les ressources du continent africain sous une forme de néo-colonialisme qui ne dit pas son nom, la Chine ne se prive pas non plus d’écouter les conversations de ses dirigeants.

En Chine, la police adopte la reconnaissance faciale

Passé maître dans le déploiement de technologies de surveillance basées sur de l’intelligence artificielle, le pays vient d’ajouter une corde à son arsenal sécuritaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.