En continu
Accueil / NewZilla.NET / Comment Facebook veut séduire l’industrie musicale

Comment Facebook veut séduire l’industrie musicale

PARTAGER CET ARTICLE
Le réseau social serait actuellement en négociation avec les principaux acteurs de l’industrie musicale pour permettre à ses utilisateurs d’inclure “librement” (et sans risque de procès pour violation de la propriété intellectuelle), des musiques et des chansons dans les vidéos qu’ils mettent en ligne sur Facebook. 

 

Pour Facebook, qui se voit aujourd’hui à juste titre comme un très sérieux concurrent à YouTube (la plate-forme de vidéos en ligne de Google), l’enjeu est d’importance.

Facebook aurait entamé des négociations avec les plus grands labels de l’industrie musicale. Objectif de ses pourparlers qui, selon le site Bloomberg, durent depuis plusieurs mois, permettre à ses utilisateurs d’inclure “librement” (et sans risque de procès pour violation de la propriété intellectuelle), des musiques et des chansons dans les vidéos qu’ils mettent en ligne sur Facebook.

Facebook-copyright

Pour ce faire Facebook, proposerait tout à la fois une paix des braves en promettant d’un côté de développer une solution technologique permettant d’identifier toute diffusion et toute utilisation illégale de contenus, et de l’autre en offrant à l’industrie musicale une enveloppe de plusieurs centaines de millions de dollars, destinée à faire taire les potentielles récriminations.

Pour l’industrie musicale, ce qui s’apparente tout de même à un pacte faustien, n’en constituerait pas moins à court terme, une nouvelle source de revenus dans un contexte économique porteur (les ventes de musique ont progressé de 5,9% en 2016, source IFPI) soutenu par la croissance de services payants d’écoute en streaming tels que Spotify ou Apple Music.

A lire aussi sur NewZilla.NET

Tinder contraint de corriger une faille de sécurité majeure

Selon des chercheurs en sécurité informatique il suffisait de connaître le numéro de téléphone d’une personne pour prendre le contrôle de son compte Tinder et accéder à l’ensemble des conversations menées sur l’application.

Deux ans de prison ferme pour l’administrateur de Streamiz

L’administrateur de ce site de streaming illégal les plus populaires de France, a été condamné lundi 19 février 2018 à deux ans de prison ferme et à verser 83,6 millions de dommages-intérêts pour “contrefaçon” et “travail dissimulé”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.