En continu
Accueil / NewZilla.NET / Google va renforcer ses équipes de modération de contenus sur YouTube

Google va renforcer ses équipes de modération de contenus sur YouTube

PARTAGER CET ARTICLE

 

Pour ne pas se mettre les annonceurs à dos et tenter d’endiguer les dérives, YouTube va porter à 10 000, sur l’année 2018, le nombre de modérateurs chargés de contrôler les contenus publiés sur la plate-forme de vidéos en ligne.

 

En 2017, les internautes auront regardé plus de 4 millions de vidéos par minute sur YouTube (contre 2,78 millions en 2016). Voilà qui donne l’ampleur de la lourde tâche qui revient aux équipes de modération de contenus de la plate-forme de vidéos en ligne (propriété de Google depuis 2006).

Régulièrement critiqué pour son manque d’efficacité en la matière (qu’il s’agisse de contenus pour enfants ou de diffusion d’images violentes ou à caractère terroristes), YouTube entend désormais tout faire pour ne pas se mettre à dos des annonceurs publicitaires de plus en plus sourcilleux sur les conditions de diffusion de leurs campagnes.

Susan-Wojcicki-youtube
Susan Wojcicki, CEO de YouTube

Dans un billet posté le 4 décembre la directrice générale de YouTube, Susan Wojcicki, a ainsi tenu à préciser “qu’en 2018, l’objectif était de faire monter à 10 000 le nombre de personnes chargées chez Google de lutter contre les contenus susceptibles de violer les conditions générales d’utilisation des services Google”.

Si le recours aux algorithmes reste d’actualité, Susan Wojcicki ajoute: “il est essentiel pour nous d’avoir recours à des modérateurs humains pour retirer les contenus inappropriés et entraîner nos systèmes d’apprentissage automatique”. Et de fait, installés dans plusieurs pays, issus de différentes nationalités, les membres de cette équipe sont salariés par Google – et non pas sous-traitants.


Vous avez aimé cet article? NewZilla.NET a besoin de VOUS. Cela mérite une explication. On vous explique tout ICIMerci pour votre soutien et pour votre fidélité à NewZilla.NET.

A lire aussi

Google veut enterrer les sites en HTTP

La version… 68 de Chrome, le navigateur Internet, dont la sortie est prévue au mois de juillet prochain, devrait signaler le cas échéant aux internautes et aux mobinautes qu’ils s’apprêtent à visiter un site en HTTP et non en HTTPS, c’est-à-dire un site qui, potentiellement, ne protège pas suffisamment selon Google les données de ses utilisateurs.

Facebook et Google misent sur l’information locale

Le premier, englué dans la controverse autour des “fake news”, tente de se recentrer en re-donnant la priorité à la diffusion d’une information de proximité, supposément plus fiable. Le second lance Bulletin, une application destinée à susciter et à encourager la production d’un “journalisme citoyen”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.