Accueil / NewZilla.NET / Google va renforcer les équipes de modération de contenus sur YouTube

Google va renforcer les équipes de modération de contenus sur YouTube

Pour ne pas se mettre les annonceurs à dos et tenter d’endiguer les dérives, YouTube va porter à 10 000, sur l’année 2018, le nombre de modérateurs chargés de contrôler les contenus publiés sur la plate-forme de vidéos en ligne.

 

En 2017, les internautes auront regardé plus de 4 millions de vidéos par minute sur YouTube (contre 2,78 millions en 2016). Voilà qui donne l’ampleur de la lourde tâche qui revient aux équipes de modération de contenus de la plate-forme de vidéos en ligne (propriété de Google depuis 2006).

Régulièrement critiqué pour son manque d’efficacité en la matière (qu’il s’agisse de contenus pour enfants ou de diffusion d’images violentes ou à caractère terroristes), YouTube entend désormais tout faire pour ne pas se mettre à dos des annonceurs publicitaires de plus en plus sourcilleux sur les conditions de diffusion de leurs campagnes.

Susan-Wojcicki-youtube
Susan Wojcicki, CEO de YouTube

Dans un billet posté le 4 décembre la directrice générale de YouTube, Susan Wojcicki, a ainsi tenu à préciser « qu’en 2018, l’objectif était de faire monter à 10 000 le nombre de personnes chargées chez Google de lutter contre les contenus susceptibles de violer les conditions générales d’utilisation des services Google ».

Si le recours aux algorithmes reste d’actualité, Susan Wojcicki ajoute: “il est essentiel pour nous d’avoir recours à des modérateurs humains pour retirer les contenus inappropriés et entraîner nos systèmes d’apprentissage automatique”. Et de fait, installés dans plusieurs pays, issus de différentes nationalités, les membres de cette équipe sont salariés par Google – et non pas sous-traitants.

A lire aussi

Karim-baratov

Piratage Yahoo! / Karim Baratov reconnaît avoir travaillé pour le FSB

Extradé aux Etats-Unis cet été, le jeune (22 ans) pirate informatique canadien, et né au Kazakhstan, a décidé de plaider coupable de neuf chefs d'accusation (dont ceux de conspiration dans le but de commettre une fraude informatique et de vol d'identité). Il risque 20 ans de prison.

waymo-uber

Uber après le piratage de données, l’espionnage industriel ?

Le procès qui oppose Waymo, la filiale de voitures autonomes de Google/Alphabet à Uber suite au rachat (suspicieux pour Google) d'Otto (Cf. NewZilla.NEt du 26 septembre 2017) vient d'être reporté. Motif? Une nouvelle pièce versée au dossier accuse Uber d'avoir mis en place une unité spéciale dédiée à l'espionnage industriel de la concurrence mais aussi des autorités de régulation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.