Revue de presse
Accueil / Blockchain / L’Unicef mise sur la blockchain

L’Unicef mise sur la blockchain

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

 

Pour soutenir son action sur le terrain l’Unicef (Fonds des Nations unies pour l’enfance) s’ouvre aux cryptomonnaies et plus largement à la blockchain.

 

Pour l’Unicef (Fonds des Nations unies pour l’enfance), 2018 restera comme l’année d’une spectaculaire ouverture aux thématiques de la blockchain et des cryptomonnaies.

Cette stratégie s’est développée en trois temps.

Tout d’abord, en février dernier, l’Unicef (ce qui était assez novateur à l’époque) demandait aux gamers, en lançant le projet Unicef’s Game Chaingers , d’utiliser la puissance de calcul des processeurs de leurs machines (à savoir de leurs ordinateurs) pour “miner”, c’est-à-dire pour créer de la crypto-monnaie Ethereum (l’une des plus célèbres monnaies virtuelles) pour venir en aide aux enfants syriens.

Depuis, même s’il est facile de réduire ces annonces à une simple stratégie de communication, l’intérêt de l’Unicef pour la blockchain (cette technologie de transmission sécurisée de l’information, des transactions et des contrats) ne s’est pas démenti, bien au contraire.

En septembre, l’organisation a annoncé qu’elle acceptait désormais les dons en cryptomonnaies (à savoir en Bitcoin, Ethereum, Litecoin, Ripple, Bitcoin Cash, Dash, Monero, EOS et Stellar).

Unicef-blockchain

Début décembre, l’Unicef déclarait investir une enveloppe de 100 000 dollars dans 6 startups (Atix Labs, Onesmart, Prescrypto, Statwig, Utopixar, W3 Engineers).

Ces startups furent sélectionnées parmi une centaine d’applications dans 50 pays pour soutenir des projets basés sur la blockchain autour de thématiques telles que la transparence dans la prestation des soins de santé, ou l’accès à la connectivité de téléphonie mobile.

Hackathons blockchain

Enfin, le 26 décembre dernier avec l’Unicef dévoilait un partenariat avec Maker DAO, une organisation autonome décentralisée, qui a développé le stablecoin DAI basé sur la blockchain Ethereum.

La spécificité de cette cryptomonnaie étant que sa valeur, contrairement à celle des autres cyrptommonaies, n’est pas volatile, c’est-à-dire qu’elle n’est pas soumise aux variations et à la spéculation puisque une unité de DAI vaut un dollar.

Au coeur de ce partenariat, on retrouve une initiative baptisée The Dignity Network, qui a été lancée par la Innovation Unit à New-York dans le but d’organiser notamment des “hackathons blockchain” (comme ce fut déjà le cas au Mexique et au Kazakhstan) autour de thématiques telles que l’identité, les paiements ou la tokenisation.


Vous avez aimé cette information? Partagez-là avec vos amis, votre réseau ou votre communauté. Cet article vous a été utile? Il vous a rendu service? NewZilla.NET a besoin de VOUS. Vous pouvez nous aider en faisant un don sécurisé à partir de 1 euro. Cela mérite une explication. On vous dit tout ICI. Merci pour votre soutien et pour votre fidélité à NewZilla.NET.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.