Accueil / Médias / Revue de Presse / Année 2019 / Semaine #3

Revue de Presse / Année 2019 / Semaine #3

PARTAGER CET ARTICLE

 

Chaque semaine, dans une logique de partage et de diffusion d’une information de qualité, NewZilla.NET vous propose une sélection des meilleurs articles parus chez nos confrères. Bonne lecture à tous.

 

  • Le projet Google Glass n’était pas un échec (mais pas une réussite non plus…) (Wired)
  • Israël une startup nation en danger ? (MIT)
  • «Nous, journalistes, ne pouvons accepter de devenir les boucs émissaires de la société» par Vincent Lanier / SNJ (Le Monde)
  • L’intégralité des données que récolte Google(Framablog)
  • L’information? Ils n’en ont rien à faire… ou le “factchecking” à la mode Facebook (The Guardian)
  • Mark Zuckerberg doit-il démissionner? (Harvard Business Review)
  • D’« Unreal » à « Fortnite », l’itinéraire mouvementé de Tim Sweeney, première fortune du jeu vidéo (Le Monde)
  • Les réseaux sociaux aussi dangereux que la cocaïne? (Université du Michigan)
  • Masayoshi Son, l’homme le plus puissant de la Silicon Valley (FastCo)
  • Une brève histoire de Goldman Sachs (Quartz)

Vous avez aimé cette information? Partagez-là avec vos amis, votre réseau ou votre communauté. Cet article vous a été utile? Il vous a rendu service? NewZilla.NET a besoin de VOUS. Vous pouvez nous aider en faisant un don sécurisé à partir de 1 euro. Cela mérite une explication. On vous dit tout ICI. Merci pour votre soutien et pour votre fidélité à NewZilla.NET.

A lire aussi sur NewZilla.NET

rgpd-google-gdpr-cnil

La CNIL inflige une amende record de 50 millions d’euros à Google pour manque de transparence sur le RGPD

Le 21 janvier 2019, la formation restreinte de la CNIL a prononcé une sanction de 50 millions d’euros à l’encontre de Google en application du RGPD pour manque de transparence, information insatisfaisante et absence de consentement valable pour la personnalisation de la publicité.

Googlers-google

Silicon Valley, la révolte de Googlers

Des employés de Google s’emparent des réseaux sociaux (Twitter et Instagram) pour protester contre la politique dite de “l’arbitrage forcé” courante dans l’industrie du numérique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.