Accueil / Insolite / A New York, une agence pour mener une vie de chien sur Instagram

A New York, une agence pour mener une vie de chien sur Instagram

PARTAGER CET ARTICLE

 

Les chiens influenceurs sur Instagram ont désormais une agence dédiée pour gérer leur image auprès des marques, la bien nommée The Dog Agency.

 

Ils travaillent avec Google, Dyson, 20th Century Fox, Barneys New York, Accor Hotels, Purina, Merck ou bien encore Nikon.

The-Dog-Agency

Ils? Ce sont des influenceurs, des influenceurs sur Instagram, mais des influenceurs canins.

Fondée en 2017 par l’entrepreneuse Loni Edwards, l’agence new-yorkaise The Dog Agency déniche (jeu de mot…) et accompagne ces  animaux influenceurs dans leur relation avec les marques.

The-Dog-Agency-3

Placements de produits, brand management, sponsorisations de posts… La carrière d’influenceur de ces canidés est prise en charge de A à Z.

A ce jour l’agence, a déjà intégré 160 représentants de la race canine dans son catalogue.

The-Dog-Agency-1

Seuil minimum de notoriété requis pour faire partie du saint des saints: avoir 50 000 abonnés sur Instagram, et ne pas les laisser indifférents.

Sur ces bases, le tarif des prestations peut très vite s’envoler pour les propriétaires des animaux concernés.

Quelques exemples: un chien influenceur suivi par 100.000 à 200.000 abonnés peut ainsi gagner jusqu’à 1 800 euros par post sponsorisé.

Les animaux suivis par plus d’un million de followers peuvent quant à eux  gagner jusqu’à 14 000 euros.


Vous avez aimé cette information? Partagez-là avec vos amis, votre réseau ou votre communauté. Cet article vous a été utile? Il vous a rendu service? NewZilla.NET a besoin de VOUS. Vous pouvez nous aider en faisant un don sécurisé à partir de 1 euro. Cela mérite une explication. On vous dit tout ICI. Merci pour votre soutien et pour votre fidélité à NewZilla.NET.

A lire aussi sur NewZilla.NET

Googlers-google

Silicon Valley, la révolte de Googlers

Des employés de Google s’emparent des réseaux sociaux (Twitter et Instagram) pour protester contre la politique dite de “l’arbitrage forcé” courante dans l’industrie du numérique.

reconnaissance-faciale

85 ONG américaines demandent à Amazon, Google et Microsoft de ne pas mettre leurs technologies de reconnaissance faciale à la disposition des Etats

Ces organisations, dont l’ACLU (Union américaine pour les libertés civiles) demande à ces trois géants de l’industrie du numérique qu’ils prennent des engagements fermes et s’engagent pour la défense des droits humains et des libertés publiques

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.